Rentrée littéraire d’automne 2020 : du côté de la littérature irlandaise

Nous voici mi-août, dans cinq jours vont débarquer tous les petits nouveaux de la rentrée littéraire, le temps est donc venu de publier mon traditionnel billet irlandais 🙂 (Je n’ai pas encore repéré de sorties en poche, par contre, aussi j’éditerai ce billet si besoin !)

Août 2020

Apeirogon – Colum McCann (Belfond, le 20 août)
La capture – Mary Costello (Seuil, le 20 août)
Le dernier dragon sur terre – Eoin Colfer (Pygmalion, prévu le 1er avril, reporté au 26 août) –> je vous en parlais [ici]

Octobre 2020

Dernier bateau pour Tanger – Kevin Barry (Buchet-Chatel, prévu le 2 avril, reporté au 1er oct) –> je vous en parlais [ici]

*

Et nous n’oublions pas les autres publications prévues cette année (sans doute retardées par le Covid)

• Les traductions de Milkman de la nord-irlandaise Anna Burns ainsi que le nouveau Sebastian Barry A thousand Moons, tous deux chez Joelle Losfeld.
• La traduction de Normal People de Sally Rooney aux Éditions de l’olivier.

• J’espère également pouvoir enfin lire celle de Orchid & the wasp de Caoilinn Hughes, prévue depuis un petit moment chez Christian Bourgois.

*

Apeirogon de Colum McCann (Traduit par Clément Baude)

« Apeirogon (n. nm.) : Figure géométrique au nombre infini de côtés.

Rami Elhanan est israélien, fils d’un rescapé de la Shoah, ancien soldat de la guerre du Kippour ; Bassam Aramin est palestinien, et n’a connu que la dépossession, la prison et les humiliations.
Tous deux ont perdu une fille. Abir avait dix ans, Smadar, treize ans.
Passés le choc, la douleur, les souvenirs, le deuil, il y a l’envie de sauver des vies.
Eux qui étaient nés pour se haïr décident de raconter leur histoire et de se battre pour la paix.

Afin de restituer cette tragédie immense, de rendre hommage à l’histoire vraie de cette amitié, Colum McCann nous offre une œuvre totale à la forme inédite ; une exploration tout à la fois historique, politique, philosophique, religieuse, musicale, cinématographique et géographique d’un conflit infini. Porté par la grâce d’une écriture, flirtant avec la poésie et la non-fiction, un roman protéiforme qui nous engage à comprendre, à échanger et, peut-être, à entrevoir un nouvel avenir. »

Ca promet d’être passionnant ! Voici un livre que je lirai dès sa sortie !

Colum McCann sur le blog : Fiche auteur / Rencontre à la librairie Millepages, mai 2016 / Lettres à un jeune auteur

*

La Capture de Mary Costello (Traduit par Madeleine Nasalik)

« Luke O’Brien, professeur de lettres et spécialiste de Joyce auquel il rêve depuis des années de consacrer un livre, est en pleine crise existentielle, en proie à l’angoisse de la page blanche et aux tourments provoqués par une vie amoureuse compliquée. Il a quitté Dublin pour s’installer dans une vieille demeure a? la campagne, au bord de la rivière Sullane, sur les terres familiales dont il est le dernier héritier, non loin de sa chère tante Ellen.

Un matin, une jeune voisine frappe à sa porte : Ruth. Coup de foudre. Soudain la vie reprend, s’emballe, s’illumine d’espoirs que Luke croyait a? jamais disparus de son existence. Mais lorsqu’il présente la nouvelle élue de son cœur a? sa tante Ellen, celle-ci réagit mal. Très mal. Et exige qu’il cesse immédiatement de la fréquenter. Pourquoi ? En cherchant à répondre a? cette question, Luke va s’engager sur un chemin intérieur vertigineux.

Portrait de l’artiste en jeune homme égaré à la croisée des chemins, bouleversante histoire d’amour et de fantômes, doublée d’une méditation sur notre place au sein de la nature et du cosmos, La Capture confirme, après Academy Street (Seuil, 2015), l’immense talent de Mary Costello, qui compte désormais parmi les plus importantes figures du paysage littéraire irlandais. »

Heureuse surprise que cette sortie, très curieuse de découvrir ce roman.

Mary Costello sur le blog : Academy Street

*

Le dernier dragon sur terre d’Eoin Colfer (Traduit par Jean-François Ménard)

« Autrefois, il était connu sous le nom de Wyvern, Seigneur du Haut Feu, et son ombre terrifiait les masses. Aujourd’hui, il n’est que Vern, vautré dans le bayou où il se cache, matant Netflix non-stop en tee-shirt Flashdance et sifflant de la vodka à longueur de journée. Mais, contrairement aux autres membres de son espèce, il a survécu. Malheureusement, aucune quantité d’alcool ne peut combler son immense solitude. C’est alors que le hasard lui propose une alliance inattendue… Aboutira-t-elle à l’extinction de sa race ou au retour de ses jours de gloire ? »

Franchement, j’adore la quatrième de couverture ! J’ai prévu de le lire rapidement.

Eoin Colfer sur le blog : en jeunesse, Artemis Fowl et Le supernaturaliste ; en policier, Prise directe.

*

Dernier bateau pour Tanger de Kevin Barry (Traduit par Carine Chichereau)

« Maurice Hearne et Charlie Redmond, deux vieux gangsters irlandais, font le guet, de nuit, sur le port d’Algésiras.

Ils espèrent retrouver Dilly, la fille de Maurice, disparue depuis trois ans. On la dit en partance pour Tanger, ou peut-être sur le point d’en revenir.

De rencontres louches en quiproquos, les deux acolytes se racontent et houspillent leur prochain. Avec une verve incroyable, ils retracent une vie dédiée au crime mais aussi, contre toute attente, à l’amour. Au fil de cette nuit de confessions, le mystère de la disparition de Dilly s’éclaircit peu à peu…

Sans jamais se départir de l’humour noir qui fait la marque de Kevin Barry, Dernier bateau pour Tanger sonde la mélancolie du temps qui passe, le poids de la culpabilité et la difficulté à assumer, une vie durant, une existence de sale type. »

La plume de Kevin Barry est brillante et unique, j’adore, j’avais donc déjà décidé de lire ce roman-ci avant même de découvrir de quoi il en retournait.

Kevin Barry sur le blog : Bohane, sombre cité et L’oeuf de Lennon.

  7 comments for “Rentrée littéraire d’automne 2020 : du côté de la littérature irlandaise

  1. 15 août 2020 à 17 h 24 min

    Le Colum McCann promet beaucoup : le sujet est passionnant ! Beau weekend Hélène, Bises bretonnes 🙂🌊☀️

    Aimé par 2 personnes

    • 16 août 2020 à 7 h 24 min

      Oui, qui plus est avec le talent de l’auteur, c’est vraiment prometteur 🤗 Excellente fin de weekend à toi aussi Frédéric, bises

      Aimé par 2 personnes

  2. 16 août 2020 à 7 h 15 min

    Les deux premiers sont dans ma liste.

    Aimé par 1 personne

  3. 17 août 2020 à 6 h 31 min

    ha Colum McCann, l’un de mes auteurs favoris…

    Aimé par 1 personne

    • 17 août 2020 à 7 h 43 min

      Moi aussi ! Du coup quand je l’ai rencontré en vrai il y a 4 ans lors d’une rencontre dédicace à Vincennes, sérieux je n’en menais vraiment pas large 😅 Grosse émotion.

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :