L’Ancêtre en Solitude – Simone et André Schwarz-Bart

schwartz-bart-solitude

Éditions du Seuil, 2015

Ma chronique :

L’Ancêtre en Solitude se passe entre la Guadeloupe et la Martinique, du milieu du 19ème au début du 20ème siècle. Solitude est une figure historique – fille d’une esclave africaine violée par un marin sur le bateau qui la déportait aux Antilles -, devenue symbole de la résistance face à l’esclavagisme lors de son rétablissement par Napoléon Bonaparte en 1802. Capturée puis exécutée par pendaison le lendemain de son accouchement (pour ne pas perdre un futur esclave… quelle horreur). L’Ancêtre en Solitude est le troisième roman d’un cycle commencé par Un Plat de porc aux bananes vertes (André et Simone Schwarz-Bart, 1967) et poursuivi avec une biographie fictive, La Mulâtresse Solitude (André Schwarz-Bart, 1972). Je compte bien les découvrir également.

Ici, on suit le destin – entre quotidien singulier et exploitation atroce – de trois générations de femmes marquées par l’esclavage : Louise, fille de Solitude et mère d’Hortensia, elle-même mère de Mariotte. L’enfant esclave devenu une sorte d’animal de compagnie pour l’aristocrate bigote et désenchantée, le travail aux champs et les révoltes qui grondent, le poids de la religion, la jeune esclave qui se fait « mettre en case » par un petit blanc… Bouleversant témoignage d’une époque, le récit coule, s’envole, explose, dans une langue vraiment belle, à la richesse fantastique. Un mélange de français et de créole qui emporte loin ; tant aux Antilles que dans les méandres de l’âme et du coeur humain.

L’Ancêtre en Solitude est un livre fort, émouvant et subtil, vraiment marquant. J’ai beaucoup aimé.

Extraits : 

« Les damnés expiaient quelque péché atroce, aussi noir et mystérieux que la surface de leur épiderme. »

« Les vieux lui disaient de prendre patience, que ce mal irait diminuant, jusqu’au jour où son cerveau serait recouvert d’une corne aussi dure que la plante de ses pieds. »

« Ouvre bien ta petite cervelle, demoiselle, et retient ceci : la seule magie à perdurer est celle des blancs, l’alphabet, les petites lettres… c’est ça la vraie magie… Va, vole-la leur. »

Publicités
Cet article, publié dans 1.2 Littérature française, Caraïbes, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour L’Ancêtre en Solitude – Simone et André Schwarz-Bart

  1. Frédéric dit :

    un livre qui devrait me plaire sur un sujet terrible et passionnant 🙂 Passe une bonne soirée ! Bisous bretons 😉

    Aimé par 2 people

  2. LB dit :

    En voilà un que je vais devoir ajouter à ma pal !

    Aimé par 1 personne

  3. Je rajoute ce livre à ma liste…. merci , bises et très bon week end

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s