Edith & Oliver – Michèle Forbes

Edith & Oliver, 2017. Traduit de l’anglais (Irlande) par Anouk Neuhoff. Éditions La Table Ronde, collection Quai Voltaire, janvier 2019 ; 448 p.

Ma chronique (rentrée hiver 2019, 2) :

Belfast, 1906. Oliver est un illusionniste talentueux, Edith une pianiste de caractère. Une soirée bien arrosée, une dent arrachée, un numéro partagé, l’amour très vite les emporte.

Oliver est travailleur, combatif, passionné. « Il y a la magie évidente, la fascination des tours adroitement exécutés mais il y a aussi le sentiment que l’homme emplit l’espace. Il occupe le devant de la scène ». Il sait qu’il peut arriver au sommet, il a le projet d’un spectacle en solo, l’espoir de son nom tout en haut de l’affiche. Edith a foi en lui. Ensemble, ils vont travailler comme des acharnés, enchainer des tournées, et réussir. Oliver n’en doute pas.

Oui, mais voilà. La vie parfois interfère, le monde change, et certains démons du passé ne cessent de rôder.

Porté par des personnages d’envergure (je me souviendrai longtemps d’Agna) et une écriture splendide (tout comme la traduction !), empathique et très visuel, Edith & Oliver raconte le combat d’un homme contre l’écroulement de son monde, de sa vie, de lui-même. Un monde où les gens désertent les music halls, commençant à leur préférer le cinéma, un monde où de plus en plus l’esbroufe prime sur l’habileté et la chair sur la substance ; un monde où « le talent, on s’en balance ».

Michèle Forbes ne fait qu’effleurer le contexte politique de l’époque, les catholiques spoliés de leurs emplois à Belfast, les remous syndicaux, la première guerre mondiale. Le roman se concentre sur le monde du spectacle, les tours et les illusions, leurs ficelles, les coulisses des théâtres et des salles de spectacle, tous ces gens qui en vivent ou en tous cas essayent, ces hommes et ces femmes enchainant les numéros à des heures improbables pour un maigre cachet, véritables galériens du divertissement, petite cour des miracles autant talentueuse que disparate, les ors rapiécés des costumes de scène, les poches sous les yeux fardés, les espoirs qui volent aussi haut qu’ils se brisent au sol avec fracas.

Edith & Oliver est l’autopsie d’une dégringolade, et Michèle Forbes sait raconter les failles, mettre en perspective les désespoirs, dévoiler les secrets que l’on cache, même à soi-même. Oliver campe une figure d’anti-héros remarquable.

J’ai vraiment beaucoup aimé ce roman. Si on avait mieux entendu la voix d’Edith tout au long de l’histoire, si la fin n’avait pas accumulé les drames d’une façon trop appuyée, il aurait vraisemblablement été un coup de coeur. Merci aux éditions La Table Ronde !

« Il est un glacier de centaines de mètres d’épaisseur et son squelette se lézarde sous le poids de son âme gelée. »

★★★★★★★★☆☆

L’auteure : Née à Belfast, Michèle Forbes est une actrice de théâtre, de cinéma et de télévision maintes fois récompensée. Elle a notamment joué dans Omagh (nommé meilleur film au British Academy Television Award et aux festivals internationaux de Saint-Sébastien et de Toronto) et a accompagné sur des tournées mondiales plusieurs pièces de renom. Parallèlement à sa carrière artistique, Michèle Forbes a étudié la littérature au Trinity College de Dublin, puis travaillé comme critique littéraire pour le Irish Times. Ses nouvelles ont été couronnées par plusieurs prix nationaux. (présentation de l’éditeur)

J’ai eu la chance, il y a trois ans, d’assister à une rencontre avec Michèle Forbes à la librairie Nouvelle, à Asnières (92), autour de son premier roman, Phalène fantôme, que j’ai beaucoup aimé.
> Le billet de la rencontre est par ici, celui de ma chronique par là

Cet article, publié dans 1.1 Littérature Irlandaise, 2019, Chroniques (toutes mes), Irlande du Nord, Rentrée hiver 2019, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

6 commentaires pour Edith & Oliver – Michèle Forbes

  1. D’accord, je me rappelle en effet de ta note sur « Phalène fantôme ». Une écrivaine à suivre assurément. Je pense que je vais craquer pour Grâce de Paul Lynch. L’as tu aimé Hélène ? Tu as sans doute vu que le magazine « L’histoire » consacre le numéro de janvier à l’Irlande. Je suis abonné et j’ai pensé à toi. Dossier passionnant sur l’Irlande et son histoire tumultueuse et tragique.. Toujours un plaisir de te lire 🙂

    Aimé par 2 personnes

    • LadyDoubleH dit :

      Oui, j’ai acheté ce numéro de L’histoire ! Je compte très bientôt m’y plonger ! Ravie que le dossier soit bon 😀 Je suis en train de terminer Maison des rumeurs de Colm Toibin (un de mes auteurs irlandais chouchous), ma lecture irlandaise suivante sera le nouveau roman de Paul Lynch, que j’ai vraiment très hâte de découvrir 🤗 J’en ai déjà lu de très bons échos. Je ne sais pas si tu es sur Instagram, Frédéric ? Il y a une super chouette communauté Bookstagram très dynamique, passionnée et intelligente, j’y trouve beaucoup d’inspiration. Je pense à ça car justement un des comptes que j’aime suivre, @theflyingelectra, en a fait il y a peu un excellent retour (de Grace). Bref, je papote, je papote, bonne soirée Frédéric ! A bientôt ! Bises

      Aimé par 1 personne

      • Chouette que tu ais pris ce numéro spécial Irlande de L’Histoire ! Ah le Paul Lynch est paraît-il une petite merveille. Je vais me le prendre aussi ce mois-ci. Qu’est ce que j’aime ces sujets ! Hâte de lire tes critiques sur ces livres 🙂 Non, malheureusement je ne suis pas encore sur Instagram mais j’y réfléchis car on m’a dit tout comme toi que c’était très sympa. Beau weekend Hélène, grand soleil ici, Malzenn a pu faire sa balade alors elle était contente. Bises bretonnes 🙂

        Aimé par 1 personne

  2. jostein59 dit :

    Bien envie de découvrir l’auteure avec ce roman

    Aimé par 1 personne

  3. Ping : Michèle Forbes, Edith & Oliver – Lettres exprès

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s