La chorale des dames de Chilbury – Jennifer Ryan

The Chilbury ladies’ Choir, 2017. Traduit de l’anglais par Françoise du Sorbier. Albin Michel, mars 2018, 464 p.

Ma chronique (Le mois anglais, 1) :

En Juin, c’est le retour du Mois anglais chez Lou et Cryssilda et pour la deuxième fois j’y participe.

Jennifer Ryan nous offre avec La chorale des dames de Chilbury la chronique de vie d’un petit village anglais du Kent, de mars à septembre 1940. Le roman est entièrement composé d’une succession de lettres et d’extraits de journaux intimes, rythmant agréablement l’histoire entre le choral et l’épistolaire. L’auteure s’est inspirée des souvenirs de sa propre grand-mère, les anecdotes de la guerre qu’elle racontait, autant cocasses que tragiques.

Lorsque les hommes partent au front, la chorale de Chilbury menace de disparaître, la tradition imposant que les chœurs anglais soient mixtes. Quelques femmes cependant ne l’entendent pas de cette oreille et en créant un chœur entièrement féminin, elles vont entrer de plain pied dans ce que sera désormais leur existence : entre imprévu et danger, survivre au quotidien en se serrant les coudes, les opportunités à saisir et réinventer leurs vies. Un projet commun pour se souder et rassembler les énergies, les bienfaits thérapeutiques du chant et de la musique pour lutter contre peur et chagrin et surmonter les absences et les pertes.

Une galerie de personnages plutôt variée et attachants pour certains, je pense à la gaieté pétillante de Primrose Trent, à la droiture tourmentée de Mrs Tilling, à la jeune réfugiée juive Silvie. La chorale des dames de Chilbury est un roman sympathique et agréable à lire, mais j’ai hélas été un peu déçue : trop prévisible, trop de clichés peut-être, l’ensemble manque de profondeur. Néanmoins, l’ambiance so british est au rendez-vous et j’ai trouvé bien rendue cette vie quotidienne banale de village mise à mal par les échos de plus en plus proches et sanglants du conflit mondial.

« L’enthousiasme ouvre toutes les voies, car il les éclaire d’une lumière vive. »

L’auteure : Née dans un petit village du Kent, Jennifer Ryan a été éditrice à Londres. Plusieurs de ses nouvelles ont été publiées dans des revues littéraires. La Chorale des dames de Chilbury est son premier roman (via le site de l’éditeur)

Publicités
Cet article, publié dans 1.3 Litt. de Gde-Bretagne, 8.3 Challenges, Angleterre, Le Mois anglais, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

7 commentaires pour La chorale des dames de Chilbury – Jennifer Ryan

  1. lcath dit :

    Il y a beaucoup de romans qui parlent du même sujet ou qui prennent la même forme du coup ça perd de son intérêt ….

    Aimé par 1 personne

    • LadyDoubleH dit :

      Oui c’est vrai. J’avais beaucoup aimé le cercle des épluchures de patates, et comme ça fait longtemps que je l’ai lu je pensais que j’apprécierais cette lecture-ci, mais le bilan est en demi-teintes… 😉

      J'aime

  2. rachel dit :

    oh c’est drle, pour moi c’etait logique une chorale mixte….bref…en tout cas cela ne me dit rien….tant pis…;)

    J'aime

  3. rachel dit :

    oh c’est drle, pour moi c’etait logique une chorale mixte…bref…en tout cas cela ne me dit rien….tant pis…;)

    Aimé par 1 personne

  4. Je suis en train de le lire ! c’est vrai que c’est téléphoné, mais c’est quand même une lecture qui fait du bien 🙂

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s