Le grand Marin – Catherine Poulain

Editions de l’Olivier, février 2016 ; réédité en poche aux éditions Points en avril 2017.

Ma chronique :

Le grand Marin est un livre impressionnant. Un cri de liberté, voyage fascinant inspiré par la vie de l’auteure et les dix années qu’elle a passées à pêcher en Alaska, seule femme embarquée parmi des colosses bourrus. On a presque l’impression de lire du Jim Harrison ou du Jack London. L’écriture de Catherine Poulain est habitée, sauvage et intense comme son héroïne, d’une poésie permettant de saisir la beauté des éléments, mais aussi d’entrevoir le brasier qui irradie au cœur de l’humain.

Le grand Marin est ce genre de livre où, quand tu lis un passage que tu veux noter, tu es tellement pris par ta lecture que dix pages ont passé quand tu arrives enfin à saisir ton stylo. Lili a fui la France à vingt ans, sa famille aisée du bordelais viticole et une existence confortable, pour étancher sa soif d’absolu et de liberté. « J’ai peur des maisons, des murs, des enfants des autres, du bonheur des gens beaux et qui ont de l’argent », « Etre une petite femelle, c’est pas pour moi ». Elle a un rêve, s’embarquer sur des chalutiers en Alaska et pêcher sur les mers les plus difficiles du monde. Quand elle arrive à Kodiak, petit bout de femme à la volonté sidérante, elle va réussir à trouver une place, tout d’abord sur le Rebel.

Et alors elle va pêcher, et nous avec elle. La morue, le flétan, le crabe, durant des journées entières passées en mer avec l’humidité, la fatigue, la peur, le sel qui ronge les blessures, les tempêtes et les éléments, dormir par terre et le lendemain recommencer, toujours plus, toujours mieux. Elle va gagner le respect des hommes, qui vont l’adopter et dès lors elle partagera leurs existences, à part entière, pendant dix ans. Des hommes transfigurés par la mer ; mais dont parfois la peau de demi-dieu de légende finit rongée par l’alcool et les rêves brisés, à terre au coin d’un bar.

Cette lecture vivifiante montre une humanité que l’on n’a pas souvent l’occasion de croiser. Et ça vaut vraiment le détour.

« Je suis sortie sur le pont. Le vent claque dans les câbles. La mer vient s’écraser sur le pont. L’odeur du grand large. Humer l’air comme un cheval, jusqu’à l’étourdissement, le corps durci par le froid. La vague est en moi. J’ai retrouvé la cadence, le rythme des poussées profondes qui passent de la mer au bateau, du bateau vers moi. Elles remontent dans mes jambes, roulent dans mes reins. L’amour peut-être. Etre le cheval et celui qui le chevauche. La pêche va reprendre dès demain. »

Ce livre étant resté plus de dix mois dans ma Pile à Lire avant lecture, cette chronique me permet de participer à la session estivale de l’Objectif PAL d’Antigone.

Publicités
Cet article, publié dans 1.2 Littérature française, 2016, Rentrée hiver 2016 (janvier-février 2016), est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

6 commentaires pour Le grand Marin – Catherine Poulain

  1. Eve-Yeshé dit :

    j’ai vu passer des critiques enthousiastes sur babelio, mais j’ai un problème avec les romans centrés sur la mer (comme les films d’ailleurs) donc j’hésite!!!

    Aimé par 1 personne

  2. Je vais me le procurer très vite…. merci à ma « conseillère » lecture 📚

    Aimé par 1 personne

  3. Je n’ai toujours pas lu ce titre, ce qui est assez dingue !! 😉

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s