Mrs Hemingway – Naomi Wood

Mrs Hemingway, 2014. Traduit par Karine Degliame-O’Keeffe. La Table ronde, mai 2017.

Ma chronique :

Ce roman est un coup de coeur.

Une plongée originale et passionnante dans l’intimité d’Ernest Hemingway. Cherchez la femme… Il y a eu quatre Mrs Hemingway, chacune ayant suivi l’autre de très près : Hadley (Richardson) la pianiste candide, Fife (Pauline Pfeiffer) l’amoureuse enflammée, Martha (Gellhorn) la fougueuse engagée, et enfin Mary (Welsh) la compagne des années sombres. Le roman est découpé en quatre parties, une pour chaque épouse, en un mélange bien dosé de biographie et de fiction, et un rendu des époques très vivant.

De 1920 à 1961, de Chicago à l’Idaho en passant par Antibes, Paris et Shakespeare & Co,, Key West, Londres et Cuba, de la pêche au marlin à la libération de Paris, de la guerre d’Espagne aux soirées arrosées de la génération perdue, chacune va raconter sa vie avec Hemingway.

Naomi Wood dresse avec conviction de très beaux portraits de femmes, intelligentes, aimantes, aimées, dans ce livre qui n’est ni une romance, ni une charge contre le séducteur insatiable. Chacune nous livre, sans complaisance – et en commençant par la fin, la rupture, la mort -, ce qu’Hemingway avait d’unique. Et on découvre l’humanité touchante, le génie littéraire, travailleur acharné, l’homme que les femmes adorent,  « Quel charme ! Quel magnétisme ! Les femmes se jettent des balcons, le suivent à la guerre et détournent le regard le temps d’une liaison parce qu’un mariage à trois vaut mieux que d’être seule », le fougueux, le passionné, le buveur invétéré. « Il fallait toujours qu’Ernest soit dans la lumière. Boxeur, toréador, pêcheur, soldat, chasseur ; il ne pouvait aller nulle part sans jouer les héros ». Mais le colosse est fragile et le temps mine. Celui qui « redoute terriblement la solitude et les idées noires qui l’envahissent lorsqu’il est abandonné à lui-même » va être de plus en plus rattrapé par ses démons, miné par la folie et l’alcool, pour finir abandonné par sa capacité à écrire. Et un matin, cesser d’être.

L’ensemble est admirablement orchestré par la plume de Naomi Wood.

Mrs Hemingway, un roman intelligent qui a du cœur et se déguste tel un grand cru. Merci aux éditions La Table Ronde pour cette très belle découverte.

Publicités
Cet article, publié dans 1.3 Litt. de Gde-Bretagne, 2017, Angleterre, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

5 commentaires pour Mrs Hemingway – Naomi Wood

  1. Je viens de l’acheter, j’ai très envie de m’y plonger =)

    Aimé par 1 personne

  2. jostein59 dit :

    Je le regardais de loin depuis un moment…coup de coeur? Voilà qui va me faire moins hésiter

    Aimé par 1 personne

  3. Frédéric dit :

    voilà un livre qui me tente bien ! merci pour ce joli partage. Excellent weekend à toi 🙂 🙂 Bises bretonnes !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s