Les Eaux troubles du Mojito – Philippe Delerm

delerm

Editions du Seuil, août 2015.

Ma chronique :

Je pensais retrouver avec ce dernier titre de Philippe Delerm la poésie délicate, la légèreté que j’avais tant appréciées dans « La première gorgée de bière et autres plaisirs minuscules ». Des instants fragiles volés au temps, une manière de ressentir précieuse la plus sommaire routine ; un état d’esprit.

Quelle déception ! A deux ou trois exceptions près, les micro-nouvelles de ce petit recueil sont ennuyeuses, laborieuses, égocentrées, futiles. Comme si, ayant déjà publié les plus jolis instants, il nous livrait ici ceux du fond de tiroir de son inspiration. Des souvenirs souvent trop personnels, anecdotiques, où j’ai été fortement agacée par une utilisation du « on » à répétition.

Je me souviendrai heureusement de deux ou trois jolies images… « Des bleus gagnés par le secret du mauve », les récits « La mémoire de l’oubli » et « Ses lèvres bougent à peine ». Cette lecture n’aura donc pas été tout à fait vaine.

Publicités
Cet article, publié dans 1.2 Littérature française, Rentrée automne 2015 (du 20 août au 15 octobre), est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Les Eaux troubles du Mojito – Philippe Delerm

  1. Sylvie G dit :

    Merci pour cette critique 🙂

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s