Catégorie : Islande

La fenêtre au sud – Gyrðir Elíasson

Suðurglugginn, 2012. Traduit de l’islandais par Catherine Eyjólfsson. Éditions La Peuplade, septembre 2020 ; 168 p. ★★★★★★★★☆☆ Mon avis (Rentrée automne, 4) : La fenêtre au sud est une sorte de journal intime, une succession de réflexions et d’anecdotes de vie quotidienne. Le narrateur est écrivain et peine sur une nouvelle histoire, qu’il tape sur sa machine…

Miss Islande – Auður Ava Ólafsdóttir

Ungfrú Ísland, 2019. Traduit de l’islandais par (le toujours très fameux) Éric Boury. Éditions Zulma, 2019 ;288 p Mon avis : Heureuse d’avoir retrouvé la prose réconfortante d’Audur Ava Olafsdottir. Miss Islande est le quatrième roman que je lis d’elle, mon préféré je crois, même si la fin arrive trop vite. Hekla a un peu plus de…

Bouquet d’avis #4 : Les mille talents d’Euridice Gusmão – Martha Batalha ; La femme en vert (Erlendur, 2) – Arnaldur Indridason ; Comme deux gouttes d’eau – Tana French

Aujourd’hui, je vous livre mes avis sur quelques romans lus récemment : un brésilien et deux polars, un islandais, l’autre irlandais. • Les mille talents d’Euridice Gusmão – Martha Batalha • La femme en vert (Une enquête d’Erlendur, 2) – Arnaldur Indridason • Comme deux gouttes d’eau – Tana French * • Les mille talents…

la cité des jarres (une enquête de l’inspecteur Erlendur Sveinsson, 1) – Arnaldur Indriðason

Mýrin, 2005. Traduit de l’islandais par Eric Boury. Éditions Métailié, 2005 ; réédité en poche chez Points policier, 2006 – 327 p. Ma chronique : Cent cinquante ans après tout le monde, je me décide enfin à découvrir le fameux écrivain islandais Arnaldur Indridason. Tant qu’à faire, j’ai commencé par l’inspecteur Erlendur et sa première enquête, La…

Rosa Candida – Auður Ava Ólafsdóttir

Afleggjarinn, 2007. Traduit de l’islandais par Catherine Eyjólfsson. Éditions Zulma, 2010 ; réédition en poche chez Zulma, collection Z/a, en 2015, 288 p. Ma chronique : Alors que la plupart ont découvert l’auteure islandaise Auður Ava Ólafsdóttir avec Rosa Candida, paru en France en 2010 (le premier de son œuvre a avoir été traduit en français), c’est…

Il n’en revint que trois – Guðbergur Bergsson

Þrír sneru aftur, 2014. Traduit de l’islandais par Éric Boury. Éditions Métailié, janvier 2018 Ma chronique (rentrée d’hiver 2018, 2) : Il n’en revint que trois me laisse une impression de lecture mitigée. J’ai été enthousiasmée par la première moitié du roman, mais je suis hélas passée à côté de la seconde. Des passages splendides…

Ör – Auður Ava Ólafsdóttir

Ör, 2016. Traduit de l’islandais par Catherine Eyjólfsson. Éditions Zulma, 2017 Ma chronique (rentrée d’automne 2017, 8) : Jónas est seul depuis son divorce, il y a huit ans et cinq mois. Sa mère âgée est malade, sa fille vient de devenir sa plus belle cicatrice, un Nymphéa (c’est son prénom) blanc, tatoué sur son cœur.…

Entre ciel et terre – Jón Kalman Stefánsson

Himnaríki og helvíti, 2007. Traduit de l’islandais par Eric Boury. Gallimard, 2010 ; réédité en poche chez Folio, 2011. Ma chronique : Pour survivre, ils pêchent. En rang au signal, alors que l’aube n’est encore qu’un songe, tous ils se lancent, six par barques, inlassablement, ces colosses gaillards rament à l’assaut de la mer et de…

Le rouge vif de la Rhubarbe – Auður Ava Ólafsdóttir

Upphaekud jörd, 1998. Traduit de l’islandais par Catherine Evjólfsson. Editions Zulma, 2016. Quatrième de couverture : Souvent aux beaux jours, Ágústína grimpe sur les hauteurs du village pour s’allonger dans le carré de rhubarbe sauvage, à méditer sur Dieu, la beauté des nombres, le chaos du monde et ses jambes de coton. C’est là, dit-on, qu’elle…

D’ailleurs, les poissons n’ont pas de pieds – Jón Kalman Stefánsson

Fiskarnir hafa enga fætur, 2013. (Magnifiquement) traduit de l’islandais par Eric Boury. Gallimard, collection Du Monde entier, août 2015. Jón Kalman Stefánsson est né à Reykjavik en 1963. Romancier, poète et traducteur, il a reçu de nombreuses distinctions pour ses œuvres. En France nous l’avons découvert avec sa trilogie romanesque sur l’Islande de la fin…