La fille qu’on appelle – Tanguy Viel

Les Éditions de Minuit, septembre 2021 ; 176 p.

★★★★★★★★☆☆

Mon avis (Rentrée automne 2021, 3) :

J’ai découvert Tanguy Viel l’an dernier avec Paris-Brest, que j’ai adoré, puis avec Article 353 du code pénal, un coup de coeur. Envoûtée par l’écriture, la narration, la construction, qui m’avaient attrapée et conduite toujours un peu plus loin que les mots.

« Dans cette ville, c’est comme ça, on dirait que les siècles d’histoire ont glissé sur les pierres sans jamais les changer, pas même la mer qui deux fois par jour les attaque et puis deux fois par jour aussi renonce et se retire, battue, comme un chien la queue basse. »

Dans La fille qu’on appelle, on est – sans le dire – à St-Malo. Depuis trois ans, Max Le Corre, un boxeur sur le retour, est chauffeur pour le maire, Quentin Le Bars. Lorsque sa fille Laura rentre au pays, Max décide de demander au maire s’il pourrait l’aider à trouver un logement. A partir de là, Tanguy Viel met en place une histoire d’emprise, et questionne le consentement. Comment parfois on peut se retrouver pris dans les rets d’un prédateur sans presque y prendre garde avant qu’il ne soit trop tard. Un mot, un silence, un pas puis l’autre. Tchac. Ce roman montre aussi comme le piège est à multiples tranchants, qui non seulement arrive à ses fins mais aussi verrouille la prédation en broyant la victime. N’ayant pas, pas pu, pas cru, pas anticipé le piège, la victime devient à ses propres yeux coupable car responsable du piège dans lequel elle n’a pas réussi à ne pas tomber. Il est beaucoup question dans La fille qu’on appelle de domination de classe aussi, l’auteur auscultant certains rouages de notre société contemporaine où les élites politiques, siégeant dans les anciens temples de la royauté, y cultivent également le penchant des seigneurs d’antan pour les abus de pouvoir.

« […] parce que de certaines actions, non, décidément, on ne démêlera jamais le nœud noir qui nous y pousse ».

Certains passages de La fille qu’on appelle m’ont transportée, interpellée, et la fin, splendide, m’a carrément sonnée – quel talent, mais quel talent. Ma lecture a pourtant été un temps en dents de scie, l’éclat de l’histoire pâlissant parfois dans une brume de déception. Une impression de prévisibilité et des personnages assez caricaturaux. Je n’étais pas vide d’attentes ni de préconçus et ma lecture m’a semblé dans la première moitié du roman parasitée par un décalage entre l’écriture et l’histoire, sans que je sache trop laquelle était moins percutante que l’autre – ou si c’était moi.

La fille qu’on appelle est une lecture qui fera date, pour ce qu’elle met en lumière et ce qu’elle a remué en moi.

« Tant mieux que certains jours dans nos vies fassent comme des crêtes au-delà desquelles on sent bien qu’on bascule, quand en dessous les pointes rocheuses font se lever la mer, et qu’alors certains jours, oui, il faut les contourner prudemment, comme on passe un mauvais cap à la voile. »

Romans de Tanguy Viel sur le blog : Paris-Brest / Article 353 du code pénal

_______________________________

J’ai eu la chance d’assister à une rencontre avec Tanguy Viel à la librairie Millepages à Vincennes vendredi dernier pour le lancement du roman. Ce fut tout à fait passionnant de l’écouter parler de son oeuvre – et quel plaisir de retrouver ces soirées ! Ma première en chair et en os depuis fin 2019, du coup.

  14 comments for “La fille qu’on appelle – Tanguy Viel

  1. 8 septembre 2021 à 15 h 46 min

    On dirait qu’il devient de mieux-en-mieux ce cher Tanguy !

    Aimé par 1 personne

    • 11 septembre 2021 à 10 h 05 min

      Oui ! Même si celui-ci n’a pas été un coup de coeur comme le précédent, on sent que Tanguy Viel creuse de plus en plus profond. Il n’a n’a pas fini de nous interpeller et de nous éblouir !

      J’aime

  2. 8 septembre 2021 à 17 h 01 min

    pourquoi pas? En fait je n’ai pas encore lu « Article… »

    Aimé par 1 personne

  3. 10 septembre 2021 à 21 h 39 min

    Jamais lu, encore, cet auteur.
    Le sujet me tente moyen, mais le style me plaît énormément. Tu me suggères un autre titre?

    Aimé par 1 personne

  4. 11 septembre 2021 à 9 h 24 min

    Bien envie de le lire. J’avais beaucoup aimé le précédent

    J’aime

  5. 22 septembre 2021 à 18 h 23 min

    Je découvre cet auteur. Merci Hélène ! 🙂

    J’aime

  6. 20 novembre 2021 à 20 h 28 min

    Déçue même si ce fut une lecture intéressante mais dans lequel je n’ai pas retrouvé l’intensité et la force de Article 353…😉

    Aimé par 1 personne

    • 20 novembre 2021 à 20 h 47 min

      Alors là je plussoie, pour Article 353 du code pénal, qui est un livre remarquable.
      Ici par moment j’ai failli perdre la foi, comme je l’explique dans mon billet. J’ai vraiment beaucoup aimé toute la fin, ça a clairement sauvé ma lecture, mais La fille qu’on appelle cloche quelque part 🤔

      Aimé par 1 personne

      • 21 novembre 2021 à 9 h 50 min

        Je n’ai pas eu le même plaisir que toi même sur la fin que j’ai trouvé assez prévisible et stéréotypée alors que dans Article 353 l’humanité de la fin m’a totalement fauchée 🙂

        Aimé par 1 personne

      • 26 novembre 2021 à 12 h 04 min

        Je te comprends. Je crois que si je n’avais pas eu cette rencontre avec l’auteur avant de le lire, j’aurais pu carrément décrocher à un moment.
        Article 353, quelle oeuvre ! Comme toi, pour la fin. J’aime beaucoup ta formule : « l’humanité de la fin m’a totalement fauchée ». C’est exactement ça.

        Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :