Nouvelles découvertes irlandaises #37 : Mars 2021

Deux nouvelles parutions en grand format et une en poche, que du tentant et du bon !

En grand format

Mars 2021

Ne me cherche pas demain (Sean Duffy, 3) – Adrian McKinty (Actes Sud, le 18 mars 2021)

Avril 2021

Il n’est pire aveugle – John Boyne (JC Lattès, le 7 avril 2021)

En poche

Avril 2021

Tout ce que nous allons savoir – Donal Ryan (10-18, le 15 avril 2021)

*

Ne me cherche pas demain (Sean Duffy, 3) – Adrian McKinty (Traduit par Laure Manceau)

« 1983, Carrickfergus, près de Belfast, en plein conflit nord-irlandais.
L’inspecteur Sean Duffy, l’un des rares catholiques au sein de la police royale d’Ulster, est radié sur la base de fausses accusations (en réalité pour avoir royalement emmerdé le FBI…). Au même moment, Dermot McCann, expert artificier de l’IRA et ancien camarade de classe de Duffy, s’évade de prison et devient la cible principale des services de renseignements britanniques.
Le MI5 extirpe alors Duffy de sa retraite alcoolisée afin que ce dernier les aide à traquer McCann. Mais pour débusquer la cachette du fugitif, l’ex-inspecteur devra d’abord résoudre une énigme en chambre close. Sa quête le mènera finalement à Brighton, où se trame une tentative d’assassinat sur le Premier ministre britannique, Margaret Thatcher.
Cette enivrante double enquête, magistralement con duite, doit beaucoup à la personnalité hors normes de cet inspecteur brut de décoffrage qui séduit dès les premières pages. Son humour noir mordant, ses réparties cinglantes, son esprit mélancolique, sa culture musicale et littéraire impressionnante et son autodérision sans borne font de lui un compagnon de route irrésistible. Le troisième volet – complètement indépendant – de la série “Sean Duffy” est une merveille du genre.”

Merci aux éditions Actes Sud pour la traduction de ce troisième opus des enquêtes de Sean Duffy.

→ Je vous invite à aller lire la chronique du blog Nyctalopes, par ici

Adrian McKinty sur le blog : Une terre si froide (Sean Duffy, 1)

*

Il n’est pire aveugle de John Boyne (Traduit par Sophie Aslanides)

« Roman sombre et poignant, Il n’est pire aveugle raconte la culpabilité dévorante de ceux qui ont vu mais se sont tus.
Propulsé dans la prêtrise par une tragédie familiale, Odran Yates est empli d’espoir et d’ambition. Lorsqu’il arrive au séminaire de Clonliffe dans les années 1970, les prêtres sont très respectés en Irlande, et Odran pense qu’il va consacrer sa vie au « bien ».
Quarante ans plus tard, la dévotion d’Odran est rattrapée par des révélations qui ébranlent la foi du peuple irlandais. Il voit ses amis jugés, ses collègues emprisonnés, la vie de jeunes paroissiens détruite, et angoisse à l’idée de s’aventurer dehors par crainte des regards désapprobateurs et des insultes. 
Mais quand un drame rouvre les blessures de son passé, il est forcé d’affronter les démons qui ravagent l’Église, et d’interroger sa propre complicité.
Roman aussi intime qu’universel, Il n’est pire aveugle évoque les histoires que nous nous racontons pour être en paix avec nous-mêmes. Il confirme que Boyne est l’un des plus grands portraitistes de sa génération. »

En 2019 c’était Les fureurs invisibles du coeur (coup de coeur !), l’an dernier L’audacieux Monsieur Swift (toujours dans ma PAL), et cette année, ce titre… quelle production, c’est dingue ! Au lu de la quatrième, j’ai très envie de découvrir Il n’est pire aveugle ; je pense qu’il ne fera pas de vieux os dans ma pile à lire une fois qu’il l’aura rejoint.

John Boyne sur le blog : Le garçon en pyjama rayé / Les fureurs invisibles du coeur /
Fiche auteur (qui date de 2017, il faudrait que je la mette à jour)

*

Tout ce que nous allons savoir de Donal Ryan (Traduit par Marie Hermet) (cette couverture ! ♥)

Paru en grand format en 2019 aux Éditions Albin Michel.

Lire ma chronique par ici : « Tout ce que nous allons savoir (le titre est tiré d’un poème de Yeats) est un très beau roman, original, plein de lumière et de fureur, qui prend aux tripes et conduit sans arrêt le lecteur où il ne s’y attendait pas. Quand on refoule un sentiment de culpabilité bien trop grand, cela peut devenir un nœud coulant pour tout le reste de sa vie. S’attendrir, alors, serait mourir ?”

(Présentation de l’éditeur ) : « Dans une petite ville irlandaise, le portrait de deux femmes libres et tourmentées. « Martin Toppy est le fils d’un homme célèbre chez les gens du voyage et le père de mon enfant à naître. Il a dix-sept ans, j’en ai trente-trois. J’étais sa répétitrice. Je me serais tuée depuis longtemps si j’en avais eu le courage. Je ne crois pas que le bébé souffrirait. »
Melody Shee, la narratrice, commence son récit à la douzième semaine de sa grossesse. Semaine après semaine, tandis qu’elle sent le bébé bouger à l’intérieur d’elle, elle raconte ses peurs et sa douleur, puis parle de son père, un homme bon à qui elle préfère cacher la vérité pour ne pas le briser ; de sa mère énigmatique aujourd’hui disparue ; de son mari manipulateur qui a des relations sexuelles avec des prostituées. Se débattant avec ses démons intérieurs, la jeune femme se laisse parfois happer par les espoirs d’un avenir possible, mais le passé toujours la rattrape : ce qu’elle a fait à sa meilleure amie Breedie Flynn des années plus tôt continue de la hanter. C’est alors qu’elle fait la rencontre de Mary Crothery, une jeune femme de la communauté des gens du voyage qui en sait plus sur elle qu’elle ne veut bien le laisser paraître et pourrait bien la sauver. »

Donal Ryan sur le blog : Le coeur qui tourne / Une année dans la vie de Johnsey Cunliffe / Tout ce que nous allons savoir / Rencontre au Centre Culturel Irlandais

  5 comments for “Nouvelles découvertes irlandaises #37 : Mars 2021

  1. 30 mars 2021 à 18 h 50 min

    J’aime tout particulièrement quand tu fais ces notes bilans Hélène, merci ! Bises bretonnes ensoleillées aujourd’hui encore 🙂

    Aimé par 1 personne

    • 30 mars 2021 à 18 h 52 min

      Ah, chic ! Je suis ravie qu’elles te plaisent, elles sont un peu longues à finaliser parfois, mais j’aime trop chiner pour les rassembler et les partager ici 😊 Bonne fin de semaine Frédéric, bises aussi, ici on se croirait en juin !

      Aimé par 1 personne

  2. 31 mars 2021 à 15 h 15 min

    Le Donal Ryan en poche me fait de l’œil ! 😉

    Aimé par 1 personne

  3. 1 avril 2021 à 3 h 55 min

    Il y aura du Donal Ryan par chez moi!

    Histoire de poursuivre, après mon coup de coeur pour Le coeur qui tourne, je veux lire Tout ce que nous allons savoir et Une année dans la vie de Johnsey Cunliffe.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :