Normal People – Sally Rooney

Normal People, 2018. Traduit de l’Anglais (Irlande) par Stéphane Roques. Éditions de l’Olivier, mars 2021 ; 319 p.

★★★★★★★

Mon avis :

Carricklea, près de Sligo. Marianne et Connell sont dans le même lycée, mais pourraient aussi bien vivre sur deux planètes distinctes. Connell, le beau gosse sympa, sportif et populaire, élevé seul par sa mère célibataire, qui fait des ménages chez les parents de Marianne. Marianne, issue d’une famille très aisée, asociale et bizarre, la mal-aimée, chez elle comme au lycée. Et pourtant, ces deux-là vont nouer une relation, aussi puissante que particulière.

Dit comme cela, on pourrait croire que Normal People est une énième comédie sentimentale, irlandaise cette fois. Et bien, non. En partant de deux humanités distinctes qui s’attirent, Sally Rooney va brosser un portrait tout en nuances de paysages intimes à part, la bulle de ce qu’ils partagent étant sans cesse ballottée par les remous des interactions sociales. Il y a aussi un soupçon de politique dans ce livre, qui questionne avec intelligence les classes sociales.

Sally Rooney a affûté sa construction, elle réussit à insuffler beaucoup de rythme dans sa narration linéaire, en alternant habilement dialogues et pensées, d’un personnage à un autre, en plans larges ou serrés. Lycée, études, Carricklea, Dublin, amoureux, amis, proches, distants, Normal People se passe de janvier 2011 à février 2015 dans la vie de Marianne et Connell. L’auteure explore les relations humaines couche après couche comme elle pèlerait un oignon, elle interroge les ambiguïtés, les élans, les non-dits, les incompréhensions, les faiblesses. Elle montre comment certains se construisent en s’appuyant sur soi ou alors sur les autres, ou encore en réaction, le rejet devenant une assise dont on ne sait plus comment se défaire, le moment venu. Et même si l’on ne se reconnaît pas forcément dans Marianne ou Connell, le propos est extrêmement intéressant. J’ai trouvé particulièrement pertinent et original le questionnement récurrent sur ce qu’est être « normal », selon le contexte et le moment de la vie de chacun.

Conversations entre amis, le premier roman de Sally Rooney, était plus bordélique et moins travaillé, mais il m’a plus emportée. J’ai néanmoins beaucoup aimé Normal People. Marianne et Connell sont attachants chacun à leur manière et leurs relations, racontées avec beaucoup d’authenticité, tiennent en émotion d’un bout à l’autre du roman. J’aime la plume de Sally Rooney, limpide et posée, ironique et sombre. Il m’a pourtant manqué le petit ingrédient secret (mais lequel, mystère), pour atteindre le coup de coeur. J’avais attendu de lire le roman pour regarder la série, maintenant je vais pouvoir le faire. Et qui sait, peut-être l’ingrédient secret s’y trouve-t-il.

  11 comments for “Normal People – Sally Rooney

  1. 17 mars 2021 à 22 h 49 min

    Imagine-toi que j’avais abandonné Conversations entre amis. Ni le style ni l’intrigue ne m’avaient emportée. Je ne serais pas tentée de remettre ça avec Normal People, mais ce que tu en dis pique ma curiosité. J’aime quand un(e) auteur(e) «explore les relations humaines couche après couche comme elle pèlerait un oignon»!
    On verra si je me laisse tenter!

    Aimé par 1 personne

    • 18 mars 2021 à 14 h 45 min

      Je pense que tu pourrais y trouver ton compte avec Normal People ! Niveau écriture, c’est un cran au-dessus de Conversations entre amis – qui n’était pas folichon à ce niveau-là c’est vrai, hahaha. Et niveau intrigue il n’y en a pas vraiment, mais Connell et Marianne sont attachants et on se prend dans leurs filets jusqu’au bout.
      Quand le cœur t’en dira, laisse-toi tenter !

      J'aime

      • 21 mars 2021 à 17 h 20 min

        Lors de sa parution en poche, ça devrait le faire! Tu as vu la série?

        Aimé par 1 personne

      • 24 mars 2021 à 8 h 52 min

        Oui, pour le poche, bonne idée ! Pas encore vu la série, non, j’attendais d’avoir lu le roman 😊 Cela ne saurait tarder, maintenant, du coup

        J'aime

  2. Christelle
    18 mars 2021 à 9 h 14 min

    Je suis à la moitié et je passe mon temps à lever les yeux au ciel devant la platitude du style et des dialogues. Grosse déception …

    Aimé par 1 personne

    • 18 mars 2021 à 14 h 41 min

      Ah, zut ! Si cela ne passe pas à ce point, arrête les frais, ma pauvre. Moi je n’ai pas été emportée, mais j’ai tout de même pris plaisir à cette lecture 😉

      Aimé par 1 personne

      • Christelle
        21 mars 2021 à 11 h 32 min

        C’est fait, j’ai abandonné à la moitié !

        J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :