Nouvelles découvertes irlandaises #36 : Février 2021

Il est temps de faire un petit point, parce que ça déborde : cinq grands formats et trois poches !

En grand format

Janvier 2021

Journal d’un jeune naturaliste – Dara MacAnulty (Gaïa Éditions, le 6 janvier)

Mars 2021

James & Nora – Edna O’Brien (Sabine Wespieser, le 4 mars)
Normal People – Sally Rooney (Éditions de l’Olivier, le 4 mars)
Par une mer basse et tranquille – Donal Ryan (Albin Michel, le 31 mars)

Avril 2021

Hamnet – Maggie O’Farrell (Belfond, le 1er avril)

En poche

Mars 2021

Conversations entre amis – Sally Rooney (Éditions Points, le 4 mars)
La Chaîne – Adrian McKinty (Le livre de poche, le 11 mars 2021)
L’audacieux Monsieur Swift – John Boyne (Le livre de poche, le 31 mars 2021)

*

Journal d’un jeune naturaliste de Dara MacAnulty (Traduit par Laurence Kiefé)

« Dara McAnulty est un naturaliste nord-irlandais, un amoureux de la faune et de la flore, un adolescent autiste ayant trouvé dans la nature un remède à ses maux, un refuge. En 2018, alors que sa famille s’apprête à déménager à l’autre bout du pays, Dara est dévasté par la perspective de devoir quitter les forêts et paysages qu’il affectionne. L’écriture s’impose à lui comme une nécessité – un moyen d’exprimer ses sentiments et son engagement, ses passions et ses frustrations. À tout juste quatorze ans, il entreprend la rédaction d’un journal et nous fait partager, au fil d’une année, son émerveillement au contact de la vie sauvage et sa lassitude face à l’inconséquence et l’indifférence humaines ; il nous dévoile le quotidien d’un adolescent tiraillé entre les préoccupations inhérentes à son âge et un combat pour la conservation de l’environnement, qui le pousse à transcender son “handicap invisible” en allant vers les autres. Mêlant observations scientifiques, nature writing, poésie et mythologie irlandaises, son récit nous offre la perspective unique d’un jeune autiste sur le monde vivant et nous invite à observer et protéger les merveilles trop souvent ignorées qui nous entourent. »

→ Lire la chronique du blog Charlotte Parlotte ici

James & Nora de Edna O’Brien (Traduit par Aude de Saint Loup et Pierre-Emmanuel Dauzat)

« PORTRAIT DE JOYCE EN COUPLE
suivi d’une postface de Pierre-Emmanuel Dauzat, intitulée LE YIDDISH DE JOYCE (Balbutiements sur une traduction)
Edna O’Brien n’a jamais caché que Joyce lui avait ouvert les portes de la littérature. Au fil des années et des relectures, la vie et l’œuvre de son maître en écriture lui sont devenues essentielles et familières.

Cette courte pièce de prose, publiée en 1981 aux États-Unis puis rééditée en 2020 en Angleterre, est une scintillante miniature. Avec son portrait d’un artiste en couple, Edna O’Brien rend un vibrant hommage – jusque dans le cœur de son propre texte – à un « mec funnominal » qui, dès sa rencontre avec Nora Barnacle ce jour de juin sur Nassau Street à Dublin, « brûla de copuler avec une âme. » Muse, collaboratrice, compagne de misère, flamboyante partenaire sexuelle, cette fille de la campagne originaire de Galway joua tous les rôles dans l’existence de James Joyce. […] »

Normal People de Sally Rooney (Traduit par Stéphane Roques)

« Connell et Marianne ont grandi dans la même ville d’Irlande. Il est le garçon en vue du lycée, elle est la solitaire un peu maladroite. Pourtant, l’étincelle se produit : le fils de la femme de ménage et l’intello hautaine connaissent ensemble leur premier amour.
Un an plus tard, alors que Marianne s’épanouit au Trinity College de Dublin, Connell s’acclimate mal à la vie universitaire.
Un jour, tout est léger, irrésistible ; le lendemain, le drame pointe et les sentiments vacillent.
Entre eux, le jeu vient tout juste de commencer.
Sally Rooney réussit le tour de force de donner une dimension unique et universelle à cette histoire. Porté par des dialogues saisissants de justesse, Normal People est un roman magistral sur la jeunesse, l’amitié, le sexe, sur les errances affectives et intellectuelles d’une génération qui n’a plus le droit de rêver, mais qui s’entête à espérer. »

L’auteure sur le blog : son premier roman Conversations entre amis

Par une mer basse et tranquille de Donal Ryan (le nom du traducteur ou de la traductrice sera mis à jour quand je l’aurai trouvé, ainsi que le visuel de couverture et la quatrième)

L’auteur sur le blog : Le coeur qui tourne / Une année dans la vie de Johnsey Cunliffe /
Tout ce que nous allons savoir

Hamnet de Maggie O’Farrell (le nom du traducteur ou de la traductrice sera mis à jour quand je l’aurai trouvé, ainsi que le visuel de couverture)

Il a gagné le Women’s Prize 2020. Lire l’article de Livres Hebdo ici : « L’ouvrage parle de la vie d’Hamnet, le fils de William Shakespeare, et d’Agnès, la femme de l’écrivain.  Dans les années 1580, Agnès est tant crainte que recherchée pour ses dons exceptionnels. Elle s’installe avec son mari avec qui elle a trois enfants, Susanna et des jumeaux, Judith et Hamnet. Ce dernier meurt à l’âge de 11 ans. Quelques années plus tard, le père écrit une pièce à son nom. »

L’auteure sur le blog : L’étrange disparition d’Esme Lennox / En cas de forte chaleur /
La distance entre nous / Assez de bleu dans le ciel / I am I am I am / Fiche auteur

Conversations entre amis de Sally Rooney (Traduit par Laetitia Devaux)

Paru en grand format en 2019 aux éditions de l’olivier.

J’avais craqué sur ce roman : « J’ai adoré le ton de ce roman, sa fraîcheur […] Sally Rooney ne mâche pas ses mots mais n’oublie jamais d’être tendre. Elle explore avec acuité et finesse l’attachement et sa complexité, les incompréhensions entre individus et toutes les difficultés que l’on peut avoir à communiquer aujourd’hui. J’ai aimé que l’auteure nous livre le portrait d’une Irlande contemporaine ouverte sur les différences. »

→ Lire ma chronique par ici

*

La chaîne d’Adrian McKinty (Traduit par Pierre Reignier)

Paru en grand format en 2020 chez Fayard.

« « Il faut que vous gardiez votre calme et que vous m’écoutiez très attentivement. Il faut que vous procédiez exactement comme je l’ai fait. Vous devez prendre note de toutes les règles et vous avez l’obligation de vous y tenir. Si vous violez une seule de ces règles ou appelez la police, cela retombera sur vous et cela retombera sur moi. Votre fille sera tuée et mon fils sera tué. Alors notez bien tout ce que je vais vous dire. »
À l’autre bout du fil, une voix inconnue annonce à Rachel qu’elle a kidnappé sa fille. Pour qu’elle soit libérée, Rachel doit enlever l’enfant de quelqu’un d’autre.Car son enfant ne sera relâchée que quand les parents de sa cible auront à leur tour enlevé un enfant et transmis les mêmes ordres. Chacun devient victime, ravisseur, criminel. Voilà comment fonctionne et se perpétue la Chaîne indéfiniment. »

→ Lire la chronique du blog Livr’escapades ici

L’auteur sur le blog : Une terre si froide

L’audacieux Monsieur Swift de John Boyne (Traduit par Sophie Aslanidès)

Paru en grand format en 2020 chez JC Lattès

« En 1988, dans un hôtel berlinois, Maurice Swift croise le grand écrivain Erich Ackermann. Une rencontre qui va permettre au jeune homme de devenir l’auteur qu’il a toujours rêvé d’être. Quelques années plus tard, Maurice Swift s’est fait un nom ; il a désormais besoin de nouvelles sources d’inspiration. Peu importe où il trouve ses histoires et à qui elles appartiennent, tant qu’elles contribuent à son succès. Des histoires qui le rendront célèbre, mais qui le conduiront aussi à mentir, emprunter, voler. Ou pire encore… qui sait ?
Autour d’un personnage troublant aux ambitions démesurées, L’Audacieux Monsieur Swift raconte combien il est facile d’avoir le monde à ses pieds si l’on est prêt à sacrifier son âme. »

→ Lire la chronique du blog cinéphile m’était conté ici

L’auteur sur le blog : Les Fureurs invisibles du coeur / Le garçon en pyjama rayé

  5 comments for “Nouvelles découvertes irlandaises #36 : Février 2021

  1. 14 février 2021 à 18 h 21 min

    Oh, encore des idées de lecture ! Je suis bien tentée par Normal people et la sortie en poche de L’audacieux Mr Swift serait une occasion de le lire.

    Aimé par 1 personne

    • 15 février 2021 à 9 h 28 min

      Ralala moi je suis trop tentée par les cinq grands formats 😍 Le Dara McAnulty est dans ma pal et comme j’ai quelques jours de vacances j’ai prévu de le lire – entre autres. Et je lirai Normal People et Hamnet dès leur sortie, c’est sûr. Que de tentations !
      Pour le John Boyne, je l’ai reçu zn cadeau pour mon anniversaire l’année dernière et pas encore lu hélas. Ça n’a jamais été le bon moment. J’espère bientôt le lire. Clairement, sa sortie poche c’est l’occasion 😊 Au livre de poche, ils sont vraiment au taquet pour la littérature irlandaise en ce moment !

      Aimé par 1 personne

  2. 14 février 2021 à 18 h 45 min

    Merci Hélène pour ces belles idées de lecture 🙏
    belle semaine , bises

    Aimé par 1 personne

  3. 17 février 2021 à 22 h 21 min

    Que de tentations! Hamnet me fait particulièrement envie…

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :