Nouvelles découvertes irlandaises #35 : Novembre 2020

Des découvertes très variées, ce mois-ci : deux nouveaux auteurs, un poche, un roman graphique, deux romans jeunesse et un roman de l’an dernier que j’avais loupé. Enjoy !

Mai 2019

Entrer dans l’arène en même temps que l’orage – Danny Denton (Buchet-Chatel, le 16 mai 2019)

Janvier 2020

En apnée – Meg Grehan (Talents hauts éditions, le 15 janvier 2020)

Juin 2020

Eileen Gray – Charlotte Malterre-Barthes (Scénario) & Zosia Dzierzawska (Dessin, Couleurs) Roman graphique (Dargaud, le 12 juin 2020)

Septembre 2020

Les jumeaux Fowl – Eoin Colfer (Gallimard jeunesse, le 10 septembre 2020)

En poche

Novembre 2020

Rien qu’une vie – Graham Norton (Le livre de poche, le 12 novembre)

*

Entrer dans l’arène en même temps que l’orage de Danny Denton (Traduit par Catherine Richard)

Alors que l’Irlande est battue par une pluie incessante depuis des années et partiellement enfouie sous les eaux, la société tout entière est plongée dans le chaos. La vie quotidienne mêle vestiges d’une ère de technologies ultra-avancées et modes de survie primitifs.

Dublin sous les eaux, survolée par des drones, est en proie aux gangs. À la tête du plus puissant d’entre eux, le Roi Vif. Lui et sa clique contrôlent un juteux marché de produits illicites. Ils tiennent la population sous surveillance et répriment d’une main de fer le moindre écart. Le gosse en jaune, un tout jeune moins que rien épris de vie et de justice, ancien coursier du roi désormais en disgrâce, parviendra-t-il à bousculer l’ordre établi ?

Rapportée dans un patchwork de voix et de registres qui renforce l’impression de lire une légende colportée, l’histoire de rébellion et d’amour que tisse Denton est d’une beauté intemporelle, et le hisse parmi les plumes les plus prometteuses de la jeune scène littéraire irlandaise.

En apnée de Meg Grehan (Traduit par Aylin Manço ; illustration de couverture réalisée par Katerina Bazantova)

Un livre soutenu par Amnesty International.

Maxime est une fille. Elle a onze ans, elle aime sa mère qui l’élève seule, les livres et savoir plein de choses sur tout. Dans ce monde complexe, aimer et savoir la rassurent.
Maxime sait des choses sur les baleines, sur les créatures sous-marines, sur son meilleur ami de toujours, Adam, et aussi, qu’elle ne sait pas tout. Par exemple, elle ne sait pas expliquer ce qu’elle ressent pour Chloé, ce sentiment nouveau et étrange, un émoi qu’elle ne comprend pas. Elle aimerait savoir si c’est ce qu’on appelle un coup de foudre et, comme elle est une fille et Chloé aussi, si elle a le droit de ressentir ça pour elle.*

Eileen Gray de Charlotte Malterre-Barthes (Scénario) & Zosia Dzierzawska (Dessin, Couleurs) Roman graphique

« En 1965, une tragédie a lieu sur la plage de Roquebrune-Cap-Martin : un homme est retrouvé mort noyé en face de son domicile. Il s’agit du Corbusier, célèbre architecte et peintre français, propriétaire d’une somptueuse maison en bord de mer. Cette demeure, c’est la villa E-1027, et contrairement à ce que tout le monde pense, elle a été créée par une femme : Eileen Gray.

Fille d’Irlandais, Eileen débarque à Londres pour apprendre les techniques de la laque. Bien décidée à tracer sa propre voie dans le milieu artistique, elle ouvre ensuite une galerie de décoration d’intérieur à Paris et fait la connaissance de Jean Badovici, un architecte passionné par le talent de la jeune femme. À ses côtés, c’est toute la réflexion d’Eileen sur l’art et l’architecture qui se développe et prend lentement forme, pour aboutir à l’oeuvre d’une vie : la villa E-1027. Mais lorsqu’on crée une oeuvre aussi intime, il faut s’attendre à ce que certains ne puissent en saisir toute la complexité…

Avec poésie, douceur et amertume, Charlotte Malterre-Barthes et Zosia Dzierzawska nous baladent au coeur de la vie de cette artiste et rendent ses lettres de noblesse à une femme bien trop longtemps restée dans l’ombre de ses collègues masculins. »

Les jumeaux Fowl d’Eoin Colfer (Traduit par Jean-François Ménard)

« Les jeunes frères d’Artemis Fowl prennent le contrôle…
Action à cent à l’heure et créatures en tout genre dans un nouvel univers magico-technologique explosif !

L’un est un brillant esprit scientifique et ne porte que des costumes qu’il imprime en 3D… L’autre rêve de vivre à l’état sauvage et de parler aux animaux.
Et pourtant, Myles et Beckett, onze ans, sont jumeaux.
Tandis que leur grand frère Artemis est en mission sur mars, les deux garçons passent une nuit seuls dans la villa des Fowl. Assez de temps pour se lier d’amitié avec un troll dont le venin est recherché par toutes les organisations secrètes de la planète -humaines ou non… »

Décidément, Eoin Colfer est un auteur prolifique. Je ne savais pas qu’Artemis avait une fratrie, cet opus semble alléchant ! Je le lirai.

Eoin Colfer sur le blog : Prise directe, Le supernaturaliste, Artemis Fowl et Le dernier dragon sur terre

Rien qu’une vie – Graham Norton (Traduit par Sarah Champion)

Paru en grand format aux éditions Stéphane Marsan en mai 2019.

–> Lire ma chronique par ici : ce roman a été une de mes belles découvertes de l’an dernier : »L’histoire est classique mais Rien qu’une vie possède une beauté simple et un charme uniques. Des personnages ébréchés par la vie se révèlent, sous la plume habile de Graham Norton, touchants et profondément vivants. C’est un roman attachant au ton vif et drôle, qui n’en fait jamais trop. Je l’ai trouvé particulièrement agréable à lire. Un très bon roman irlandais ! »

« Duneen, une petite bourgade du fin fond de l’Irlande où il ne se passe jamais rien. Lorsque des ouvriers découvrent des ossements sur un chantier, les projecteurs se braquent soudain sur ce village pétrifié dans le temps. Le grand jour du sergent Patrick James Collins, en passe de rater complètement sa vie, est peut-être finalement venu. Mais le policier prend conscience que, ce qu’il vient de déterrer, c’est surtout le sombre passé du lieu, les secrets et les regrets de toute une communauté. Son enquête lui révèle peu à peu la vie de ceux qu’il croyait connaître. Et si c’était précisément là que résidait le mystère ?

Graham Norton dépeint, d’une plume mordante mais avec une grande humanité, une galerie de personnages attachants et plus vrais que nature. »

  1 comment for “Nouvelles découvertes irlandaises #35 : Novembre 2020

  1. 27 novembre 2020 à 23 h 32 min

    Merci Hélène,
    « Rien qu’une vie » me plait beaucoup.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :