Etta et Otto (et Russell et James) – Emma Hooper

Etta and Otto and Russell and James, 2015. Traduit de l’anglais (Canada) par Carole Hanna. Éditions Les Escales, 2015 – réédition en poche chez Pocket, 2016 ; 352 p.

Mon avis :

Etta et Otto (et Russell et James) fait partie de mon butin du dernier festival America. J’avais assisté à une conférence pleine d’âme sur les paysages canadiens, avec Emma Hooper, DW Wilson et Lise Tremblay. Une vraie révélation pour moi, en fait, car depuis j’ai lu et adoré le roman et le recueil de nouvelles de DW Wilson [Balistique et La souplesse des Os] et été très touchée par ma lecture de la québécoise Lise Tremblay [L’habitude des bêtes]. Il me restait donc Emma Hooper à découvrir… et ce fut une explosion de joie ! Un mémorable coup de coeur. Je ne compte même pas les fois où, au cours de ma lecture, je me suis dit : « J’adore ce livre… Mais j’adore ce livre ! ». Etta et Otto (et Russell et James) est un roman original où on s’immerge, profond et drôle, tellement réconfortant. L’histoire de plusieurs vies, de grands espaces et de belles âmes.

« Otto,
Je suis partie. Je n’ai jamais vu l’eau, alors je suis partie là-bas. Rassure-toi, je t’ai laissé le pick-up. Je peux marcher. J’essaierai de ne pas oublier de rentrer.
A toi (toujours)
Etta. »

Un matin, Etta quitte la ferme familiale située au coeur des prairies de la Saskatchewan (dans le centre du Canada) pour aller voir la mer. Sac au dos, fusil en bandoulière. Elle a quatre-vingt trois ans et s’embarque à pieds pour un périple de plus de trois mille kms, jusqu’à Halifax sur la côte est. Il y a des moments où elle n’a plus toute sa tête, notre chère Etta. « Et si elle oublie ? […] Son nom, sa maison, son mari ? De se nourrir ou de boire ? L’endroit où elle va ? ». Heureusement, elle croise les pas d’un coyote amateur de chansons de cowboy, qui sera son aide-mémoire. En attendant son retour, à la ferme, Otto s’occupe comme il peut. Etta lui a laissé ses recettes de cuisine et il en vient à entamer un processus inédit de création. Et puis il y a Russell, le meilleur ami d’Otto depuis l’enfance, qui lui voue une admiration sans borne et a toujours aimé Etta en secret. Il va prendre la route pour la ramener.

Emma Hooper raconte Etta et Otto (et Russell et James), leur vie dans les prairies – c’est dingue cette région avec un horizon si vaste qu’on voit arriver les gens à 1 km de distance ! – où le vent souffle sans cesse, leur rencontre sur fond de crise économique et plus tard de seconde guerre mondiale, quand Otto traverse les océans pour combattre, Russell un peu bancal, Etta institutrice. Otto est le septième enfant d’une fratrie de quatorze, une famille de fermiers. Russell a aménagé chez son oncle et sa tante voisins d’Otto quand il avait six ans et est devenu comme un membre de la famille. « Il avait cinq mois de moins que lui, alors la mère d’Otto s’était mise à l’appeler Russell 7 1/2 ».

Etta et Otto (et Russell et James) parle d’amour, d’amitié et de permettre à ses rêves et à soi de se réaliser. Et qu’importe l’âge ! Tout dans ce roman m’a attrapé le coeur. Les gens, ce qui leur arrive, le ton dont c’est raconté, son grain de folie, le soupçon de réalisme magique. Beaucoup de rires, quelques larmes. Des passages qu’on a envie d’applaudir, des moments dont on voudrait être. Emma Hooper partage avec Audur Ava Olafsdottir la fraicheur d’un pétale en train de naitre et une grande bienveillance pour ses personnages. La jeune auteure canadienne manie le verbe avec une grâce admirable, un rythme, un souffle, au plus près du coeur des êtres. La construction de cette histoire est également parfaitement maîtrisée jusqu’aux dernières lignes, quel talent pour un premier roman !

Etta et Otto (et Russell et James) m’a emportée loin. J’étais bien. J’ai eu du mal à revenir. Les chants du large, son deuxième roman, a déjà rejoint mes étagères.

« Nous avons tous peur, la plupart du temps. La vie serait sans vie autrement. Aie peur et puis saute dans cette peur. Encore et encore. Simplement n’oublie pas de t’accrocher à toi-même pendant que tu le fais. »

Marie-Claude a beaucoup aimé aussi [son billet est par ici] et elle nous en apprend plein sur l’auteure et ses inspirations !

Cet article, publié dans 2.1 Litt. d'Amérique du Nord, Canada, Coups de coeur, Objectif PAL, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

7 commentaires pour Etta et Otto (et Russell et James) – Emma Hooper

  1. Marie-Claude dit :

    Que de bons souvenirs que tu me rappelles là. J’avais tellement aimé, tant l’ambiance et que le style. Et dire que c’était un premier roman.
    Et DW Wilson… Je l’adore, lui. Vivement du nouveau. Sans quoi, je vais me mettre en mode relecture de son roman et de son recueil!

    J'aime

  2. Très tentant ! Beau weekend Hélène, Bises bretonnes ensoleillés aujourd’hui 🙂☀️

    J'aime

  3. Je craque Hélène 🤗
    C’est tout à fait la littérature que j’aime.
    MERCI 🙏🌺🌺🌺🌺

    J'aime

  4. Antigone dit :

    C’est un très beau roman !

    J'aime

  5. Ping : Objectif pal de mai ~ le bilan – Les lectures d'Antigone

  6. Ton enthousiasme donne… très envie ! Je note !

    J'aime

  7. Ping : La blogo vous conseille… ou les derniers coups de coeur du web #14 – Les lectures d'Antigone

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s