Le bon sens – Michel Bernard

Éditions La Table Ronde, collection Vermillon, janvier 2020

Ma chronique (Rentrée hiver 2020, 3) :

J’avais été conquise par Le bon cœur, paru il y a deux ans. Comment ça naît, une légende ? Un voyage aux côtés de celle que tous appellent très vite « la Pucelle ». Comme ses proches et ses compagnons, on développe au cours de le lecture une réelle affection pour cette jeune fille fidèle et têtue, droite et volontaire, qui « verse l’espoir dans le coeur des gens ». Jeanne d’Arc, à la fois « chef de guerre et pieuse enfant », fascine. Tous ceux qui l’ont côtoyée ont été emportés par sa conviction, sa confiance et son enthousiasme. Capturée par les Bourguignons, livrée à leurs alliés Anglais, Jeanne sera condamnée pour hérésie par un tribunal ecclésiastique et exécutée – suppliciée – le 30 mai 1431 ; brûlée vive, à Rouen.

C’est presque vingt ans plus tard que nous amène Michel Bernard dans Le bon sens. Ou comment une poignée d’hommes déterminés vont se démener pour que soit révisé le procès de Jeanne et mettre en œuvre sa réhabilitation. Par amitié, devoir, sens de la justice, ou pour des visées politiques et religieuses. Rétablir l’honneur de Jeanne déjouerait les manœuvres anglaises et lèverait toute ambiguïté sur la légitimité du roi. L’échiquier politique a changé, en vingt ans. Charles VII s’est réconcilié avec les Bourguignons, les allégeances ont évolué et certains partisans hauts placés de l’exécution de Jeanne n’ont pas trop envie de revoir ouvert ce dossier… Les Ottomans se rapprochent de Constantinople et le Pape aimerait bien que couronnes anglaise et française oublient leur querelle centenaire, au moins le temps de se Croiser et de s’en aller sauver le Saint Empire Romain d’Orient.

A la suite de la plume habile et érudite de Michel Bernard, c’est dans une véritable enquête palpitante que nous entrons, aux parfums de Rois maudits et du Nom de la rose. De Guillaume Mauchon, le clerc présent au procès et qui depuis en conserve précieusement le procès-verbal, à Jean Dunois, dit le bâtard d’Orléans, le compagnon d’armes, en passant par Agnès Sorel, la belle maîtresse de Charles VII, le génial peintre Jean Fouquet (dont on peut admirer quelques tableaux dans le livre), Guillaume d’Estouteville, un cardinal missionné par le Pape (qui de notoriété publique entretient une maîtresse et des enfants à Rome, soit-dit en passant), Jean Bréhal le grand inquisiteur de France et des professeurs de la Sorbonne obnubilés par leur carrière, au détriment de leur intégrité… Avec, au cœur de tout cela, la présence de Jeanne d’Arc, le poids de l’histoire, les mouvances du temps et des frontières du royaume. « Le voyage de Reims à l’île de la cité avait duré huit ans ».

Le bon sens est un ouvrage vraiment intéressant, qu’on ne lâche plus une fois ouvert. Toute cette époque des quatorzième et quinzième siècles me passionne, et Michel Bernard est vraiment bon pour nous guider dans les couloirs du temps, au plus près des cœurs et des âmes humaines. Je vous les conseille vivement tous les deux, Le bon sens et Le bon cœur – qui vient d’ailleurs de paraître en poche dans la chouette collection La Petite Vermillon.

« Pendant toutes ces années, il avait veillé sur une voix pour qu’elle ne soit pas étouffée »

★★★★★★★★☆☆

Autres ouvrages de Michel Bernard chroniqués sur le blog : Le bon coeur et Deux remords de Claude Monet 

Cet article, publié dans 1.2 Littérature française, 2020, Rentrée hiver 2020, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

9 commentaires pour Le bon sens – Michel Bernard

  1. Passionnant ce récit historique, merci Hélène 🙏

    Aimé par 1 personne

  2. Eve-Yeshé dit :

    Et hop, deux tentations supplémentaires
    j’aime l’Histoire alors pourquoi résister 🙂

    Aimé par 1 personne

  3. J’aime beaucoup cet auteur et il il me tarde de lire celui-ci car j’avais beaucoup aime le bon coeur ainsi que deux remords de Claude monet…

    Aimé par 1 personne

  4. J’ai lu avec avidité il y a quelques années la somme de Philippe Contamine sur Jeanne D’arc, un personnage historique qui m’a toujours profondément intéressé. Tu m’as décidé avec ta très belle chronique. Je vais l’acheter ce roman de Michel Bernard. Belle soirée Hélène 🙂

    Aimé par 1 personne

Répondre à Eve-Yeshé Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s