Le gardien des tempêtes, tome 1 – Catherine Doyle

The storm keeper’s island, 2018. Traduit de l’anglais (Irlande) par Sidonie Van Den Dries. Éditions Bayard jeunesse, octobre 2019 ; 332 p.

Ma chronique (Rentrée automne, 8) :

Ce roman a pour coeur et cadre l’île d’Arranmore, dans le Comté de Donegal (au nord-ouest de l’Irlande). La famille de Fionn Boyle en est originaire, mais depuis que son père est mort en mer (il était sauveteur) peu de temps avant sa naissance, la mère de Fionn s’en est allée vivre à Dublin. Le jeune garçon n’a jamais mis les pieds sur l’île, jusqu’à cet été – il va bientôt avoir douze ans. Le livre s’ouvre sur le ferry : Fionn et sa sœur Tara viennent passer sur l’île quelques semaines de vacances chez leur grand-père, Malachy Boyle.

« De l’autre côté de la baie, un goéland tournoyait au-dessus des vagues. Il poussa un cri perçant et l’île apparut soudain, comme si l’oiseau l’avait appelée. »

Les débuts de Fionn sur Arranmore sont un peu compliqués. Sa sœur n’arrête pas de le houspiller et refuse qu’il l’accompagne dans ses recherches d’une mystérieuse grotte avec ses amis. Son grand-père, fabricant de bougies, est étrange. Et pourquoi certains sur l’île l’appellent-ils le Gardien des tempêtes ? Ses bougies sont-elles vraiment ce qu’elles semblent être ? Et que cachent donc les vieilles légendes ?

« Il y a très longtemps, bien avant les routes, Snapchat, les ordinateurs et même les maisons, deux sorciers irlandais s’affrontèrent ici-même, sur les rives d’Arranmore. Ils s’appelaient Dagda […] et Morrigan. »

Le Gardien des tempêtes est un roman jeunesse fantastique, qui lie les thèmes du courage et de la fratrie dans une fresque épique pleine de légendes et de magie. Une histoire originale (je pense aux bougies), le cadre somptueux d’une île battue par les vents et les tempêtes, et des légendes envoûtantes… On raconte que Dagda, pour protéger Arranmore des pouvoirs de Morrigan, a laissé derrière lui la grotte marine, l’arbre aux murmures, les ondines, Aonbharr le cheval ailé, et enfin le gardien des tempêtes, pour manipuler les éléments en son nom… J’aurais bien envie de vous en raconter un peu plus, mais je ne veux pas gâcher le plaisir que j’ai eu à découvrir ce monde créé avec habileté et énergie par la jeune auteure irlandaise Catherine Doyle. Une série à découvrir, pour les jeunes – et les moins jeunes ! (Nota Bene : la couverture est tellement charmante !)

« L’île inhale. »

★★★★★★★★★☆

C’est le premier tome. Il y en aura quatre. Catherine Doyle nous l’a annoncé lors d’une rencontre à laquelle j’ai eu la chance de participer, organisée par Babelio le 28 novembre dernier dans leurs locaux rue de Malte à Paris.

Les grands-parents maternels de Catherine Doyle sont nés à Arranmore. A vingt ans ils ont émigré aux États-Unis, avant de revenir plus tard s’installer à Galway. Ils parlaient de leur île avec beaucoup d’amour. Elle-même n’y est allée pour la première fois que jeune adulte, mais en y posant les pieds, elle a ressenti un sentiment d’appartenance vraiment très fort.

L’histoire du sauvetage en mer dont elle parle dans le roman (avec le père de Malachy) est vraie. L’arrière-grand-père de Catherine Doyle et son arrière-grand-oncle faisaient partie des neuf volontaires de l’île partis sauver en pleine tempête les dix-huit marins d’un navire hollandais en détresse ; et ils ont réussi ! C’était en 1940.

Quand son grand-père a commencé à perdre la mémoire, Catherine Doyle s’est éveillée à son identité et ses origines. Pour elle, ce livre et cette île entretiennent entre eux deux (son grand-père et elle – un lien durable et fort.

Catherine Doyle nous a aussi précisé que si l’on veut visiter l’île d’Arranmore, il faut prendre le ferry à Burtonport, et passer au Boyle Pub, tenu par sa famille ! Car sa mère est une Boyle, et son père un Doyle… Vivement la suite !

Cet article, publié dans 1.1 Littérature Irlandaise, 2019, 7.3 Jeunesse & young adult, Chroniques (toutes mes), Douze (et quelques) auteurs jeunesse irlandais, Rentrée automne 2019, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

13 commentaires pour Le gardien des tempêtes, tome 1 – Catherine Doyle

  1. Oh, je note! Quant à toi, mon petit doigt me dit qu’une certaine île et un certain pub figurent maintenant en bonne place des lieux à visiter lors d’un prochain voyage en terres irlandaises 😉

    Aimé par 1 personne

  2. Oh oui ! As-tu remarqué que les livres étiquetés jeunesse ont de superbes couvertures, en relief etc ? Je viens de terminer le 1er tome de Lady Helen, d’Alison Goodman, et la couverture est juste superbe…

    Aimé par 2 personnes

  3. Je le note ! ça doit être génial de pouvoir assister à ces rencontres organisées par BABELIO. Merci Hélène, Bises bretonnes 🙂

    Aimé par 1 personne

  4. Ping : Douze (et quelques) auteurs jeunesse irlandais – Billet récapitulatif | Lettres d'Irlande et d'Ailleurs

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s