Un autre tambour – William Melvin Kelley

A different Drummer, 1962. Traduit de l’anglais (États-Unis) par Lisa Rosenbaum. Delcourt Littérature, septembre 2019 ; 284 p.

Ma chronique (Rentrée automne 2019, 3) :

Un autre tambour est le premier roman, paru en 1962, d’un jeune auteur noir américain de vingt trois ans redécouvert récemment, et qui paraît cette rentrée en français chez Delcourt Littérature.

L’histoire a pour cadre un état imaginaire du sud des États-Unis, entre Mississippi et Alabama. Le jeudi 30 mai 1957 dans l’après-midi, Tucker Caliban, un fermier noir du village de Sutton, sale son champ, met le feu à sa ferme et quitte le village avec sa femme enceinte. Dès le lendemain, tous les noirs de Sutton s’en vont. Tous ceux de New Marsails, la grande ville, tous ceux de l’État, tous disparaissent, du plus vieux au plus jeune ; sans une explication. Pour les blancs, c’est la stupéfaction. « Aucun d’eux n’avait le moindre repère auquel il aurait pu rattacher la notion d’un monde dépourvu de noirs ».

Ce qui fait toute la puissance de ce roman choral, c’est que l’auteur n’explique rien, ni à aucun moment n’émet un jugement. Les témoignages des blancs s’enchainent, charge au lecteur de comprendre, déduire et deviner. Et c’est édifiant. Les quidams qui trainent toute la journée à ne rien faire sous la véranda de l’épicerie. Les membres de la famille à qui appartenaient les ascendants de Tucker. Des libéraux. Des conservateurs. Pendant que tous sont là à questionner leur version des faits et le passé, tentant de comprendre les raisons de cet exode, son sens et les conséquences pour la ville et l’avenir, se dessine la réalité de cette société raciste et ségrégationniste, dont l’injustice et l’extrême violence se conjuguent dans tous les aspects, même les plus infimes, du quotidien.

« Je prends conscience que ces choses-là sont sinon normales, du moins attendues dans la vie d’un noir, ils sont conditionnés, presque résignés à devoir renoncer à leurs rêves, ou du moins à les remettre à plus tard. »

Ce livre a une vraie musique intérieure, tissée dans les silences et les non-dits. William Melvin Kelley fait preuve d’un immense talent, tant dans sa maitrise de la trame narrative que pour incarner chaque personnage. Sous ses allures de conte, c’est un véritable appel à la rébellion. « [Ils] se lèveront et diront : « je peux faire ce que je veux, sans attendre que quelqu’un vienne me donner la liberté, il suffit que je la prenne. Je n’ai pas besoin de Monsieur le chef, de Monsieur le patron, de Monsieur le président, de Monsieur le curé ou de Monsieur le pasteur, ou du révérend Bradshaw. Je n’ai besoin de personne, je peux faire ce qui me plait pour moi-même et par moi-même. » »

Un autre tambour est un roman puissant, audacieux et féroce, d’une rare intelligence. Quelle claque, mes amis, quelle claque ! Similaire à celle que j’ai ressentie en lisant Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur, d’Harper Lee…

Merci infiniment au Picabo River Book Club et aux éditions Delcourt pour cette découverte marquante.

« Quand un homme ne marche pas du même pas que ses compagnons,
C’est peut-être parce qu’il entend battre un autre tambour.
Qu’il accorde donc ses pas à la musique qu’il entend,
Quelle qu’en soit la mesure ou l’éloignement. » (extrait de Walden, d’H. D. Thoreau)

NB : A ne pas manquer, la biographie de l’auteur en fin d’ouvrage et, à noter pour 2020, la publication – toujours chez Delcourt Littérature – du deuxième roman de William Melvin Kelley (il en a écrit quatre), que je lirai !

  15 comments for “Un autre tambour – William Melvin Kelley

  1. 29 septembre 2019 à 18 h 41 min

    J’ ai beaucoup aimé « Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur » et j’ai hâte de découvrir cette pépite. Merci Hélène 😙

    Aimé par 2 personnes

    • 30 septembre 2019 à 10 h 53 min

      Les histoires ne sont pourtant pas semblables mais il s’en dégage une même lumière, une très grande humanité, une sorte de message universel 🤗

      Aimé par 2 personnes

  2. 29 septembre 2019 à 20 h 48 min

    OK, je comprends une chose à te lire: il me le faut. Je n’en entends que du bien et il a tout pour me plaire. Vingt trois ans et il a écrit ça? Tout un exploit, non?

    Aimé par 1 personne

    • 30 septembre 2019 à 10 h 49 min

      Un exploit, tu m’étonnes ! C’est extraordinaire. Et c’est à sauter de joie, du coup, de savoir qu’on pourra lire son.deuxieme roman l’an prochain et découvrir comment il a pu évoluer 😍 A drop of patience a été publié en 1965, donc trois ans.plus tard.

      J'aime

  3. 30 septembre 2019 à 6 h 10 min

    Je n’ai toujours pas lu Ne tirez pas… mais j’ajoute celui là à ma liste d’envies!

    Aimé par 1 personne

    • 30 septembre 2019 à 10 h 52 min

      Comme toi j’ai mis longtemps a lire le Herper Lee et je m’en suis voulue, tellement je l’ai aimé 🤗
      Note Un autre tambour, oui !

      Aimé par 1 personne

  4. 30 septembre 2019 à 13 h 31 min

    ce roman m’a l’aire d’être une pépite! je le note…
    Je n’ai toujours pas lu « Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur je m’y mets cet hiver quand j’aurai lu tous les livres de la rentrée qui m’intéressent (et en plus il y en a beaucoup cette année!) promis juré 🙂

    Aimé par 2 personnes

    • 17 octobre 2019 à 18 h 36 min

      Chic, tu vas voir, tu vas te régaler ! Avec le Harper Lee, et avec celui-ci. C’est vrai que cette rentrée est particulièrement tentatrice et riche en belles découvertes 🤗

      Aimé par 1 personne

  5. 12 octobre 2019 à 13 h 30 min

    Je n’en avais pas entendu parler jusque là. Merci pour ce billet original alors ! 😉

    Aimé par 1 personne

  6. Stephie
    15 octobre 2019 à 8 h 35 min

    Punaise, il me fait trop envie ! Merci 🙂

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :