Le château absolu : Carnet – Xavier Patier

Éditions La Table Ronde, 2004 ; nouvelle édition illustrée, préfacée par l’auteur, Éditions la Table Ronde, collection Vermillon, août 2019 ; 272 p.

Ma chronique (Rentrée automne 2019, 2) :

Cette année, le château de Chambord fête ses 500 ans. A cette occasion, les éditions La Table Ronde rééditent Le château absolu. Xavier Patier a écrit ce carnet entre 2000 et 2003, trois années durant lesquelles, commissaire à l’aménagement du domaine de Chambord, il y a vécu et travaillé ; « une fonction tenant du concierge, du grand veneur, du garde-chasse et du maître d’hôtel ».

Il nous offre ses réflexions, comme une promenade personnelle et érudite dans Chambord. Le château et ses coulisses, la forêt et le domaine, son administration et son histoire – la petite et la grande – à travers les personnages qui l’ont fait ou qui y sont passés.

Je travaille moi aussi dans un musée-château et je vis sur un domaine de l’État. Bien sûr, mes fonctions et mon logement ne sont en rien comparables, mais j’étais très curieuse de connaître quel type de lien avait pu se créer entre Xavier Patier et Chambord. Ce qu’il en livre dans ce carnet m’a beaucoup intéressée. « Il faut du temps pour devenir amoureux de Chambord, et quand on l’est, c’est d’un amour douloureux et lancinant ». Chambord n’est pas une maison, c’est « un château absolu ».

On y croise François 1er, des sangliers, des touristes, des ministres, Pompidou, des gendarmes à cheval. Il est amusant de découvrir Chambord comme une « grosse pâtisserie de cent cinquante-huit mètres de long désirée par un jeune roi taillé comme un rugbyman ». Construit pour impressionner et non pour durer. « Depuis cinq siècles, l’histoire du château se résume à celle de la lutte contre les infiltrations, la maladie de la pierre et le pourrissement général. ». On doit à Xavier Patier le statut d’EPIC (Établissement Public national à caractère Industriel et Commercial) du domaine de Chambord, véritable parcours du combattant administratif.

Pour mes convictions, il est trop question dans Le château absolu de chasse et de Christ, mais l’ensemble est captivant, très vivant, et je l’ai lu d’une traite.

« A Chambord, l’Italie est naufragée dans un marais de Sologne. »

★★★★★★★★☆☆

Cet article, publié dans 1.2 Littérature française, 2019, 7.0 Non fiction, Rentrée automne 2019, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s