La fuite en héritage – Paula McGrath

A History of Running Away, 2017. Traduit par Cécile Arnaud. Éditions La Table Ronde / Quai Voltaire, 22 août 2019 ; 336 p.

Ma chronique (Rentrée automne 2019, 1) :

La fuite en héritage est le second roman de l’irlandaise Paula McGrath (le premier, Génération, a été un gros coup de coeur).

Trois destins de femmes, trois êtres en devenir. 2012, 1982. Le Tennessee, l’Irlande, Londres. Alison, Jasmine, et une autre dont on ne découvrira que plus tard le prénom. Habile manière de mettre en scène le jeu de piste des vies dans cette histoire.

Ce qui frappe au départ dans ce roman, c’est un monde où la relation mère-fille prend toute la place, et qui soudain explose. Une mère meurt noyée, une autre est engloutie par Alzheimer, une troisième a sombré dans l’alcool. Des relations symbiotiques, dysfonctionnelles, essentielles chacune à leur manière. La mère disparue, sa figure diluée dans l’absence, et c’est la débandade, le monde ne sera plus jamais le même. Une mise en mouvement qui ne cessera de tout le roman, même quand la fuite sera celle des souvenirs dévoilés, la route à rebours vers l’enfant disparu.

Paula McGrath raconte des femmes fortes, qui savent ce qu’elles veulent. Des femmes que la vie va abîmer, la société, leur famille. Parce qu’à toutes les époques, même si les choses progressent et varient selon les milieux et les pays, dans le monde, tout est toujours plus difficile quand on est né fille. Difficile d’être libre, de s’émanciper, de se réaliser. De vivre, tout simplement.

La fuite en héritage est un roman polyphonique dont une des voix flirte presque avec le roman-feuilleton, j’ai aimé. L’histoire est très dure par moments, violente même, et à d’autres c’est un pur bien-être. Un petit côté Million Dollar Baby à l’irlandaise, que j’ai adoré. Un autre passage glaçant (je ne dirai pas de quel ordre pour ne rien dévoiler), sur une thématique déjà lue ailleurs, mais que j’ai trouvée ici abordée d’une manière admirable. « C’était l’époque, se justifient les gens, mais moi je dis que l’époque est faite par ceux qui la vivent. Parce que je ne suis pas prête à pardonner, pas même après tout ce temps. » Je suis tellement d’accord.

Pour être absolument honnête, à un tiers du livre, j’étais un peu mitigée. Un style pas assez affûté à mon goût, certains personnages aux visages devenus flous dans certains virages… Et puis soudain, ce fut là : le souffle, l’émotion, et les pages se sont mises à tourner toutes seules.

J’ai refermé le roman, emballée. Paula McGrath défend un féminisme intelligent – à chacune ses propres ambitions – et interroge la transmission et l’impact des non-dits dans une vie, qui peuvent fissurer les générations à venir. A découvrir ! (et merci aux éditions La Table Ronde)

« Je ne savais pas vraiment qui je pleurais, ils étaient si nombreux »

★★★★★★★★★☆

Cet article, publié dans 1.1 Littérature Irlandaise, 2019, Chroniques (toutes mes), Rentrée automne 2019, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

7 commentaires pour La fuite en héritage – Paula McGrath

  1. kathel dit :

    Je le note pour un emprunt à la bibliothèque, alors, j’avais beaucoup aimé Génération…

    Aimé par 1 personne

  2. Je regarderais s’il est à la bibliothèque. Excellent weekend Hélène 😊

    Aimé par 1 personne

  3. J’aime beaucoup ce genre de livre qui pose des questions sur la transmission. Je le lirai. Merci Hélène, bises. 🙂

    Aimé par 1 personne

  4. Pas si emballée. La violence, la multitude de thèmes abordés, les différentes époques, je me perdais dans les personnages. L’histoire des Magdalene Sisters, à peine évoquée, à la fin… ça vient de Dublin, oui, mais je n’y ai pas trouvé mon compte.. juste un peu…

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s