Tout ce que nous allons savoir – Donal Ryan

All we shall know, 2016. Traduit de l’anglais (Irlande) par Marie Hermet. Éditions Albin Michel, mars 2019

Ma chronique :

« Est-ce toi, bébé ? Est-ce toi qui me force la main depuis cette part sombre de moi-même, la seule part encore chaude ? Es-tu en train de me dire tout bas que tu veux que je te raconte mon histoire ?

Au début du roman, Melody est enceinte de douze semaines. Son mari Pat n’est pas le père de l’enfant. On devine que ce qui se joue dans cette grossesse est bien plus compliqué qu’une « simple » histoire d’adultère. De semaine en semaine, Melody se confie, comme elle écrirait un journal.

« Martin Toppy est le fils d’un homme célèbre chez les gens du voyage et le père de mon enfant à naître. Il a dix-sept ans, j’en ai trente-trois. J’étais sa répétitrice. Je me serais tuée depuis longtemps si j’en avais eu le courage. ».

Dans ce roman, nulle liaison sulfureuse, nulle bluette. Donal Ryan nous convie aux antipodes des clichés, dans la vraie vie, peut-être. Un monde où un grand amour peut devenir toxique, où le corps succombe à un désir d’enfant, où l’amitié peut détruire, mais aussi nous aider à renaître.

Tout ce que nous allons savoir est brut de décoffrage, sombre et pétillant. L’écriture est au diapason de son propos et de ses personnages, un brin chaotique, un chouïa poétique, acérée puis mélancolique, tendre autant que percutante. On roule entre souvenirs et progrès de la grossesse, entre l’avant, « ainsi il y a mon père. Et Pat. Et Martin Toppy. Et Breedie Flynn. Et les bébés que je n’ai pas pu porter », et le maintenant, la formidable amitié qui va se nouer entre Melody et Mary Crothery, une jeune femme blessée par la vie. Melody a de sombres facettes. Elle n’a pas sa langue dans sa poche et certains passages sont franchement désopilants. Je pense aux vieilles dames dans le café, à qui elle déballe les quatre vérités sur Pat. Donal Ryan offre une place de choix aux gens du voyage Irlandais dans ce roman, j’ai beaucoup aimé.

Tout ce que nous allons savoir (le titre est tiré d’un poème de Yeats) est un très beau roman, original, plein de lumière et de fureur, qui prend aux tripes et conduit sans arrêt le lecteur où il ne s’y attendait pas. Quand on refoule un sentiment de culpabilité bien trop grand, cela peut devenir un nœud coulant pour tout le reste de sa vie. S’attendrir, alors, serait mourir ?

Un livre à découvrir ! Un très grand merci aux éditions Albin Michel et à Babelio.

« Le beau temps a disparu aujourd’hui. Une dépression est arrivée de l’océan comme une horde de barbares venus terrasser l’été avec tonnerre et tempête, et des éclairs ont zébré le ciel. »

★★★★★★★★★☆

De Donal Ryan, j’avais aimé Le cœur qui tourne, son premier roman choral, mais je préfère celui-ci ! A l’occasion de son second roman, Une année dans la vie de Johnsey Cunliffe, j’avais eu la chance il y a deux ans d’assister à une très chouette rencontre au Centre Culturel irlandais. Donal Ryan a un accent savoureux ! (petite vidéo à écouter ^^)

Publicités
Cet article, publié dans 1.1 Littérature Irlandaise, 2019, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

5 commentaires pour Tout ce que nous allons savoir – Donal Ryan

  1. J’aime beaucoup le sujet de ce livre… Merci Hélène 🤗

    Aimé par 2 personnes

  2. Toujours un plaisir de te lire Hélène. Le titre et le sujet me plaisent beaucoup. Bises bretonnes ensoleillées 🙂

    J'aime

  3. Marie-Claude dit :

    Je suis conquise… Il me le faut! J’avais eu un gros coup de coeur pour « Le cœur qui tourne ». Si tu as préféré « Tout ce que nous allons savoir » à son premier roman, c’est dire que ça promet en titi!

    J'aime

  4. J’ai lu les trois romans de cet auteur, celui-ci n’est pas mon préféré mais c’est un très bon roman .

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s