Balistique – D. W. Wilson

Ballistics, 2013. Traduit de l’anglais (Canada) par Madeleine Nasalik. Éditions de l’olivier, 2015 ; 359 p.

Ma chronique :

Balistique est le premier roman du jeune canadien DW Wilson. Il fait partie de mon butin du festival America, pour prolonger le plaisir de la conférence à laquelle il participait avec Lise Tremblay et Emma Hooper. J’en ai terminé la lecture il y a quelques semaines, et j’y pense encore ; souvent.

« Une balle s’esquive bien plus aisément qu’un cœur brisé. »

Colombie Britannique, été 2003. Les Rocheuses brûlent. Alan a vingt-neuf ans. Sa thèse de philo piétine, la relation avec sa petite amie Darby part à vau-l’eau. Il décide de passer quelque temps à Invermere, chez son grand-père qui l’a élevé. Lorsque « Granp‘ » fait un infarctus et lui demande  de partir à la recherche de son fils Jack – le père d’Alan – pour le ramener, la vie du jeune homme prend un tournant imprévu ; bascule ?

Alan entame un périple mouvementé, entre ombres et lumière, fait de rencontres et de réminiscences. Les contrées traversées ne sont pas toutes indiquées sur la carte. Un road-trip avec pick-up, bières tièdes sous le siège et mastiff à l’arrière, un voyage dans le passé aussi, son passé et celui de ses ascendants, une excursion dans l’âme humaine.

Parce que voilà. Dès le départ il y a un mystère. Des secrets, peut-être un drame. Pourquoi Alan s’est-il retrouvé à vivre tout seul avec son grand-père ? DW Wilson excelle à distiller par étapes truffées de non-dits riches de sens les parcours de chacun, dans une narration pas forcément linéaire, mais pas trop difficile à suivre non plus. Juste se laisser embarquer et s’accrocher au siège. Une écriture mouvante, riche, puissante, flamboyante même parfois, un genre de rugueux délicat sauvagement poétique.

« A cet instant les montagnes étaient des silhouettes en papier gris ardoise soulignées d’orange – les Enfers vus par un enfant -, et les arbres sur leurs pentes s’étaient desséchés au point de prendre les couleurs de l’acier rouillé. Rien ne distinguait les nuages chargés de pluie de la fumée des incendies et le ciel se couvrait d’écume, sombre et obstiné, comme ces vagues qui lèchent et polissent le littoral. »

Une histoire d’humanité brute et de personnalités complexes. La beauté des gueules cassées et des cœurs meurtris. « L’erreur est humaine, a rétorqué Nora. On est des gens bien. » Avec le recul de quelques semaines, je pense que l’essence du livre est dans ces mots-là.

Quand est-ce que tout a vraiment commencé, avant de basculer ? Une balle tirée dans un mollet, un premier baiser échangé ? Le titre est extrêmement bien trouvé. « Balistique : adj. Relatif aux projectiles, à leur tir, leur trajectoire, leur portée. » Ce qui s’est joué avant la naissance d’Alan n’en finit pas de se nouer, même brisé, de plus en plus serré. Serait-il, trente ans plus tard lui, le projectile nécessaire au dénouement de la pelote ? Aller, retour, ami, amour, devoir, nécessité. Esprit aiguisé, cœur déchiré.

Mes seuls bémols, je pense, sont que les personnages féminins manquent de netteté. Je les ai trouvées un peu ternes, quand même, les miss, comparées à leurs hommes (à ce propos, je me suis très fortement attachée à Archer). Et pourtant elles sont fortes et ne s’en laissent pas compter.

Balistique a été pour moi une découverte de premier ordre. Je vous laisse le découvrir.

« J’ai trop de cals sur les mains pour flatter des égos. »

★★★★★★★★★☆

Cet article, publié dans 2.1 Litt. d'Amérique du Nord, Canada, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

7 commentaires pour Balistique – D. W. Wilson

  1. kathel dit :

    Je l’ai noté suite au festival America (j’ai écouté l’auteur mais dans une autre conférence où il y avait aussi Christian Guay-Policquin) et ton billet fait bien de me le rappeler !

    Aimé par 1 personne

  2. Marie-Claude dit :

    Danse de la joie! Je suis ravie de voir le roman de Wilson ici. J’ai adoré ce roman. C’est d’ailleurs en partie grâce à lui que j’ai eu envie de créer mon blogue. L’envie de parler de ce roman passé inaperçu. Depuis, mon billet est disparu lors de la migration de mon blogue! Maintenant, je ne peux que te conseiller la lecture de son recueil de nouvelles.

    Aimé par 1 personne

  3. Je note ce premier livre. Merci Hélène ! Bises bretonnes 🙂

    Aimé par 1 personne

  4. Ping : La souplesse des os – D. W. Wilson (nouvelles) | Lettres d'Irlande et d'Ailleurs

  5. Ping : Etta et Otto (et Russell et James) – Emma Hooper | Lettres d'Irlande et d'Ailleurs

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s