Luna, tome 1 : Nouvelle Lune – Ian McDonald

Luna : new Moon, 2015. Traduit de l’anglais (Irlande) par David Goullet. Éditions Denoël, 2017

Ma chronique :

Ça faisait longtemps que je ne m’étais pas lancée dans un cycle de SF (à part bien sûr mes relectures régulières du cycle de Dune de Frank Herbert et des Cantos d’Hypérion de Dan Simmons). Ce roman, Nouvelle Lune, est le premier tome de la trilogie Luna écrite par l’auteur nord-irlandais Ian McDonald. Je lorgnais dessus depuis sa parution en français chez Denoël l’an dernier. Et bingo, à la troisième page, j’étais déjà accrochée. Tout au long de ses 450 pages, je me suis absolument régalée.

Nous sommes en 2110, la Terre est exsangue. Sur la Lune, un nouveau far-west ultra technologique, nombreux sont ceux qui tentent leur chance. Marina est de ceux-là. Elle débarque, une Moonbeam parmi tant d’autres, sans un sou. Sur la Lune, les bas-fonds sont en fait au plus proche de la surface : à cause des radiations, plus tu es riche, plus tu vis profond. Tout s’achète et tout se vend. Tu paies ton air, tu vends les sels minéraux de ton urine. Au bord de l’asphyxie, Marina réussit à se faire embaucher comme extra à une soirée organisée par une des cinq familles qui détiennent le pouvoir sur la Lune, les Cinq « Dragons ». Ce soir-là, sa vie va changer, et nous, on va plonger véritablement au cœur du maelström politique qui secoue continuellement la Lune. Comme la Mafia, les Dragons sans cesse complotent et se battent, et le dernier des Dragons, les Corta – dont Adrianna la fondatrice originaire du Brésil a créé Corta-Hélio, les mineurs d’Helium-3, voici cinquante ans – n’est pas au bout de ses peines.

« Il n’y a pas de lois sur la Lune, rien que le consensus, et le consensus proscrit les armes à projectiles. Les balles sont incompatibles avec les environnements pressurisés et les mécanismes complexes. Couteaux, gourdins, garrots, machines subtiles et poisons lents, petits assassins biologiques comme les affectionnent les Asamoah : tels sont les instruments de la violence. Les conflits sont modestes et se livrent nez à nez. »

L’écriture de Ian McDonald est puissante et fluide, et quelle imagination ! Le monde qu’il a créé est original, dur et fascinant, hyper crédible et travaillé. A la fois proche du nôtre et si lointain. Des intrigues imbriquées, des luttes de pouvoir, un background passionnant, une montée en puissance, un rythme de plus en plus haletant, des personnages attachants et d’autres ignobles… Une fin en apothéose, qui ouvre magnifiquement l’histoire. Je crois bien que je n’ai absolument aucun bémol à relever. Deux ou trois petits clins d’œil au cycle de Dune m’ont fait chaud au coeur. Ma seule consolation de l’avoir terminé, c’est que Lune du Loup, le deuxième tome, est déjà traduit. Gros coup de cœur, donc, pour ce roman ambitieux qui tient ses promesses. J’ai été enchantée de bout en bout !

« On a toujours crû que l’apocalypse des robots prendrait la forme de flottes de drones tueurs, de mechas de guerre gros comme des pâtés de maison et de terminators aux yeux rouges. Pas d’une rangée de caisses enregistreuses automatiques à l’Extra ou à la station Alco du coin, pas de la banque en ligne, des taxis automatiques, du système automatique de triage médical à l’hôpital. Un par un, les robots sont venus nous remplacer.
Et nous voilà maintenant dans la société la plus dépendante aux machines jamais créée par l’humanité. Je suis devenue riche, j’ai bâti une dynastie basée sur ces même robots qui ont réduit la Terre à la mendicité. »

Publicités
Cet article, publié dans 1.1 Littérature Irlandaise, 7.4 SF-Fantasy-Fantastique, Irlande du Nord, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

5 commentaires pour Luna, tome 1 : Nouvelle Lune – Ian McDonald

  1. Jolie couverture, l’histoire, le fait que ce soit de la SF et surtout que tu ais adoré, tout cela m’amène à noter ce livre sur ma PAL, Beau weekend à toi, Bises bretonnes 😉 🙂

    Aimé par 1 personne

    • LadyDoubleH dit :

      Oh la la oui je te conseille vraiment ce roman, il fait partie de mes plus beaux coups de coeur de l’année. De la s-f qui à la fois évade, fait décoller l’imagination et amène à réfléchir sur notre société et son devenir. Et qui plus est merveilleusement écrit ! Bonne fin de weekend Frédéric, à bientôt, bises

      Aimé par 1 personne

  2. Ping : Mes lectures préférées de 2018 | Lettres d'Irlande et d'Ailleurs

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s