Au loin – Hernan Diaz

In the distance, 2017. Traduit de l’anglais (États-Unis) par Christine Barbaste. Delcourt littérature, sept. 2018, 334 p.

Ma chronique (rentrée automne 2018, 9) :

Au loin fait partie de mon butin du festival America, où j’ai eu la chance de le faire dédicacer par l’auteur, vraiment très amical et charmant. Sitôt rentrée, sitôt commencé, et lu quasiment dans la foulée. Cela fait donc maintenant de nombreuses semaines que je l’ai terminé, mais où était donc passée cette chronique ? Et bien pour tout dire, je ne savais pas trop comment en parler. Et pour être honnête, je n’en sais toujours rien… mais je ne peux plus attendre plus longtemps pour vous partager ce coup de cœur, donc hop, hop, hop, on verra bien.

Au loin m’a, au tout départ, rappelé la splendide Saga des émigrants de Vilhelm Moberg. Milieu du dix-neuvième siècle, deux jeunes paysans suédois, deux frères, quittent leur terre natale pour tenter leur chance en Amérique. Ici ils sont seulement tous les deux, Håkan et Linus. Dans l’œuvre de Moberg, ils partaient avec famille, enfants et quelques autres de leur village, fuyant la misère, la persécution religieuse ou (et ?) un destin cruel.

J’ai aimé ce clin d’œil, d’autant plus que très vite, Au loin trace son propre chemin. Car Håkan égare son frère, débarque malencontreusement à San Francisco et décide derechef de rejoindre New-York, pour le retrouver, traversant donc tout le continent américain. A l’envers de la ruée vers l’or, à rebours de l’histoire ? En tous cas, en plein dans les emmerdes. Commence alors l’épopée d’Håkan, une véritable odyssée, pleine de péripéties, de tourments et de personnages hauts en couleurs. Chercheurs d’or, tenanciers de saloons opiomanes, scientifiques illuminés, indiens aux abois… L’ouest va donner des ailes à Håkan (Håkan se prononce en suédois Hawk quelque chose, « Hawk ? Hawk ? Et bien quoi, Hawk ? » Hawk, qui veut dire Faucon, donc, devient pour tous son nom : Håkan devient « le Hawk »). Lui donner des ailes, en faire un héros légendaire, s’évertuer à lui arracher ses plumes une à une ?

Au loin est un roman qui sort du lot. Il y a ici une fraicheur dans l’écriture, un élan et une force dans la narration, exceptionnelles. Quelques redondances sans doute à d’infimes moments, peut-être de légères longueurs parfois, mais qui m’ont en fait plus épaté qu’autre chose, par la justesse de leur ton, comme tout au début du livre, lorsque Håkan ne comprend pas l’anglais, et que tout comme lui, lecteur, nous restons dans un flou partiel sur ce qui se passe vraiment. Hernan Diaz a un talent époustouflant pour nous mettre dans la peau de son héros, dans l’évolution de sa compréhension du monde. Et la fin, la fin est vraiment splendide.

Au loin est vraiment un premier roman exceptionnel, que je vous conseille ardemment de découvrir.

« L’aube n’était qu’une intuition, une certitude encore invisible, mais Håkan s’élança vers elle à toute jambes, le regard rivé sur ce lointain qui ne tarderait pas à rougeoyer et lui montrer la direction menant à son frère. »

Un roman découvert chez Kathel

Nota Bene : Je n’ai pas pu m’empêcher de mettre les traits d’Alexander Skarsgård sur ceux d’Håkan. Si vous avez vu l’excellent film Mute, sorti cette année, vous comprendrez. Le géant taiseux, la vraie humanité qui transcende les bons sentiments.

Publicités
Cet article, publié dans 2.1 Litt. d'Amérique du Nord, 2018, États-Unis, Rentrée automne 2018, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

7 commentaires pour Au loin – Hernan Diaz

  1. jostein59 dit :

    J’hésitais…je suis convaincue

    J'aime

  2. kathel dit :

    Tu le donnerais envie si je ne l’avais pas déjà lu ! J’ai vraiment tout aimé de ce roman, et il m’a donné envie d’ouvrir enfin La saga des émigrants… (quand j’aurai un peu de temps devant moi ! 😉 )

    Aimé par 1 personne

  3. Eve-Yeshé dit :

    je l’ai vu passer (comment oublier la couverture?) et le thème me tente alors je le rajoute à ma PAL
    je n’ai toujours pas lu « La saga des émigrants » le nombre de volumes m’inquiète un peu 🙂

    J'aime

  4. Marie-Claude dit :

    Il est dans ma liste d’envies urgentes. Tu enfonces le clou!

    J'aime

  5. Un premier roman d’une telle richesse me plaira certainement. Merci Hélène

    Aimé par 1 personne

  6. le site de Kathel est une mine pour dénicher des pépites.. exactement comme ton blog. Merci pour tous ces beaux partages. 🙂

    Aimé par 1 personne

  7. Ping : Mes lectures préférées de 2018 | Lettres d'Irlande et d'Ailleurs

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s