La distance entre nous – Maggie O’Farrell

The distance between us, 2004. Traduit par Michèle Valencia. Éditions Belfond, 2005 ; réédition en poche chez 10-18, 2008, 384 p.

Ma chronique :

Avec La distance entre nous, je boucle ma découverte de l’œuvre de Maggie O’Farrell (jusqu’à la prochaine publication, bien sûr !). C’est en effet son septième roman que le lis – son troisième publié, juste avant l’Étrange disparition d’Esme Lennox (toujours mon préféré)

Ce roman est un bon cru. Je suis tombée à nouveau sous le charme de la plume brillante de cette auteure irlandaise. La distance entre nous est un roman riche et prenant, qui tourne autour de deux personnages ; Jake et Stella. Il se cherche, elle se fuit. On attraperait presque un peu le tournis parfois, tant la narration danse de l’un à l’une puis à la mère, la sœur, les grands parents, avant de revenir en avant et encore en arrière, éclairant un épisode de l’enfance ici, une nébuleuse généalogique là. Mais jamais on ne décroche, car Maggie O’Farrell excelle à ce jeu de narrations entremêlées. Au contraire, on accroche de plus en plus aux personnages éclairés avec finesse dans leurs personnalités, motivations, demi-teintes et tourments. Ils prennent à mesure les couleurs mouvantes de la vie.

Entre Hong-Kong, Londres, l’Italie et l’Écosse, ce roman explore les différents liens familiaux, avec une focale particulière sur ceux unissant Stella et Nina, sa sœur ainée (l’épigraphe cite Simone de Beauvoir, à propos de sa sœur : « Elle était mon homme-lige, mon alter ego, mon double ; nous ne pouvions nous passer l’une de l’autre »), mais aussi la quête du père, d’identité, l’intégration, les métissages de culture. La maladie d’un enfant également, vue du côté de l’enfant – ce qui semble être un témoignage de pur vécu par l’auteure, qui a souffert à l’âge de huit ans d’une maladie virale extrêmement grave lui ayant fait rater un an d’école. Elle le raconte dans I am I am Iam qui a paru l’an dernier en version originale – et dont j’espère bien sûr une rapide traduction française… Et bien sûr, La Distance entre nous parle de secret. J’avoue avoir été très agréablement surprise de n’avoir pas du tout deviné, avant qu’on nous le dévoile, celui sur lequel repose une grande partie de ce récit.

Je ne vous en dit pas plus sur l’histoire, elle est à découvrir.

« Combien de fois l’a-t-elle reconnu sous les traits d’un étranger dans la rue, le train, un bar, un ascenseur, un magasin ? Ces visions lui gâchent la vie, semblables à des cratères d’effondrement, le sol s’érodant tout autour, devenant instable. »

• Mes autres chroniques des romans de Maggie O’Farrell : L’étrange disparition d’Esme Lennox, En cas de forte chaleur, Assez de bleu dans le ciel
• La fiche auteur que je lui ai consacrée est quant à elle par ici.

  19 comments for “La distance entre nous – Maggie O’Farrell

  1. 4 août 2018 à 21 h 31 min

    Maggie O’Farrell .. je connais de nom mais il ne me semble pas avoir encore lu un ouvrage de cette écrivaine. Celui-ci semble être une porte entrée intéressante dans son univers. Excellent weekend à toi, Bises d’une Bretagne ensoleillée 🙂 😉

    Aimé par 1 personne

    • 6 août 2018 à 12 h 13 min

      Si tu veux découvrir cette auteure je te conseille d’aller directement au coeur de son génie et de lire L’étrange disparition d’Esme Lennox. Une pure merveille bouleversante. Excellent début de semaine à toi Frédéric, bises (caniculaires !)

      Aimé par 1 personne

      • 6 août 2018 à 15 h 17 min

        Merci pour cette référence que je note. Une auteure à découvrir à n’en pas douter. Bises d’une Bretagne en mode canicule (je fonds à l’appart, heureusement que j’ai le ventilateur 😉

        Aimé par 1 personne

      • 6 août 2018 à 18 h 08 min

        J’étais à Brest la semaine dernière chez mon père et nous avons eu deux jours de pluie ! Le reste super grand beau temps mais un peu de pluie ça a fait du bien 😀

        Aimé par 1 personne

      • 6 août 2018 à 18 h 33 min

        oh que oui ça fait du bien 😉 tu connais l’adage comme quoi il pleut tout le temps sur Brest ^^ je souris bien sûr 😉 Retour de la pluie prévu ce weekend ici. Cela va faire descendre la température , j’ai presque hâte 😉

        Aimé par 1 personne

      • 13 août 2018 à 15 h 53 min

        Haha mais la pluie brestoise est à nulle autre pareille 😛

        Aimé par 1 personne

      • 14 août 2018 à 19 h 16 min

        oh que oui 😉 Bises et excellente soirée à toi 🙂

        J'aime

  2. 5 août 2018 à 12 h 53 min

    je ne connais pas celui-ci! j’ai adoré « La disparition d’Esme Lennox » et « Assez de bleu dans le ceil » m’a bien plu aussi. Je pense que je lirai tous ses romans 🙂

    Aimé par 1 personne

    • 6 août 2018 à 12 h 16 min

      Je te conseille Quand tu es parti pour la prochaine lecture. Mon préféré après Esme. La main qui a pris la mienne et En cas de forte chaleur super aussi. La maîtresse de mon amant, tu peux le zapper par contre.

      Aimé par 1 personne

  3. 26 août 2018 à 13 h 20 min

    J’adore la lire aussi !! Le dernier que j’ai lu est sans doute « en cas de forte chaleur ». 😉

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :