Les vestiges du jour – Kazuo Ishiguro

The remains of the day, 2009. Traduit de l’anglais par Sophie Mayoux. Éditions Gallimard, 2010 ; réédition en poche chez Folio (338 p.)

Ma chronique :

« J’ai donné trente-cinq ans de service à Lord Darlington ; ce ne serait sans doute pas injustifié d’affirmer qu’au long de tant d’années on a été, dans toute l’acception du terme, « au service d’une maison distinguée ». »

M. Stevens, un majordome vieillissant dans un monde en changement, nous livre lors d’un voyage de quelques jours en automobile vers l’ouest de l’Angleterre, des confessions sur son existence. L’admiration d’un père lui aussi majordome, l’aspiration à la plus haute dignité professionelle, sa profession vécue en véritable sacerdoce d’excellence, la maîtrise de soi comme un art de vivre et de servir. Fierté, mélancolie, et partout, dans les journées qu’il raconte, il y a miss Kenton. Sans jamais vraiment en parler, mais toujours présente, son arrivée en tant qu’intendante à Darlington Hall, les chamailleries, les différents, puis la complicité et la confiance réciproques.

Les Vestiges du jour a un style qui frôle la perfection – et quelle traduction ! L’atmosphère de cette grande demeure anglaise est retranscrite avec un talent hors du commun, les tracas du quotidien, les réceptions, le mot juste, et par dessus tout cela, le contexte politique de l’Angleterre de l’entre deux guerres avec la montée du nazisme en Allemagne et sa contamination rampante de certaines élites politiques anglaises. Tout cela est admirablement rendu, décrit et amené avec une construction ciselée en allers-retours entre passé et présent. Magnifique.

Mais ce qui m’a vraiment touchée – comme cela avait d’ailleurs été le cas avec le film de James Ivory, où Emma Thompson et Anthony Hopkins campent une miss Kenton et un M. Stevens plus vrais que nature –, ce qui m’a émue, ce sont cet homme et cette femme passés à côté de leur chance.

« Mais ça ne veut pas dire, évidemment, qu’il n’y a pas de temps à autre des fois – des moments de grande tristesse – où on se dit à soi-même « Quel terrible gâchis j’ai fait de ma vie ! ». Et on se met à penser à une vie différente, à la vie meilleure qu’on aurait pu avoir. Par exemple, je me mets à penser à la vie que j’aurais pu avoir avec vous, M. Stevens. […] Après tout, on ne peut plus faire tourner les aiguilles dans l’autre sens, maintenant. On ne peut pas s’attarder sans cesse sur ce qui aurait pu exister. »

Une histoire d’amour non aboutie, deux êtres pourtant faits l’un pour l’autre. Un ratage d’une telle tristesse… chaque lecteur peut être va se poser cette question : ne serais-je pas moi aussi passé.e à côté de ma chance ?

Un coup de coeur, donc, pour ce premier roman du nobel Kazuo Ishiguro que je lis. Je continuerai à découvrir son œuvre !

« Le monde d’aujourd’hui est un endroit trop crasseux pour les grands et nobles instincts. »

Publicités
Cet article, publié dans 1.3 Litt. de Gde-Bretagne, 8.3 Challenges, Angleterre, Le Mois anglais, Objectif PAL, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

26 commentaires pour Les vestiges du jour – Kazuo Ishiguro

  1. J’avais faillis l’acheter il n’y a pas si longtemps que cela. J’ai lu un autre livre de lui et j’avais adoré. J’aime les histoires tristes, elles sont les plus belles selon moi (c’est mon côté mélancolique qui parle ^^ 😉 belle soirée à toi et bises bretonnes ps: tu m’as convaincu de le lire 🙂

    Aimé par 1 personne

  2. rachel dit :

    et bin il va falloir le lire….oui cela semble tout en douceur bien que dramatique….

    Aimé par 1 personne

  3. Eve-Yeshé dit :

    je l-ai lu juste après avoir vu le film (génial Anthony Hopkins!) et l’ai beaucoup aimé 🙂

    Aimé par 1 personne

  4. Syl. dit :

    C’est une très belle histoire et j’ai beaucoup aimé le livre et le film.

    Aimé par 1 personne

  5. kathel dit :

    Je n’ai pas vu le film, mais adoré le roman !

    Aimé par 1 personne

  6. Antigone dit :

    Je n’ai vu que le film mais le roman doit être bien aussi, délicat. 😉

    Aimé par 1 personne

  7. Ping : Objectif pal de juin ~ le bilan – Les lectures d'Antigone

  8. Blandine dit :

    Je ne connaissais pas. Merci pour cette découverte qui a tout pour me plaire!

    Aimé par 1 personne

  9. Valou076 dit :

    Je ne connais pas du tout ce roman, mais ce sujet me tente beaucoup. Vive le Mois anglais qui permet de faire des découvertes dans la masse de romans à lire !

    Aimé par 1 personne

  10. je suis passée complètement à côté de cette lecture… je retenterai un jour sans doute…

    Aimé par 1 personne

    • LadyDoubleH dit :

      Ah zut. Je peux le comprendre, ceci dit. C’est un roman qui happe. Moi qui généralement mène plusieurs lectures de front, quand je l’ai commence je n’ai plus lu que lui. De coup si on n’a pas le temps ou le mood pour se laisser happer, on peut facilement passer à côté !

      J'aime

  11. Marilyne dit :

    Ah, tu confirmes ! Je n’ai pas vu le film, mais j’ai découvert l’auteur en début d’année, j’avais noté celui-ci pour poursuivre 🙂

    Aimé par 1 personne

  12. Ping : Mes prochaines lectures #4 | Lettres d'Irlande et d'Ailleurs

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s