Deux Remords de Claude Monet – Michel Bernard

La Table Ronde, 2016 ; réédité en poche dans la collection Petite Vermillon, janvier 2018, illustration de couverture par Aline Zalko

Ma chronique :

A peine refermé Le bon Coeur, je me suis plongée dans le roman précédent de Michel Bernard, Deux remords de Claude Monet. Paru en 2016 aux éditions La Table Ronde, il a remporté le Prix Libraires en Seine. Il vient d’être réédité en format poche dans la collection Petite Vermillon.

Monet, âgé, à Giverny, travaille sur ses nymphéas. « Le peintre devenu mondialement célèbre était âpre avec les marchands de tableaux et généreux avec ses camarades. Il faisait payer aux uns sa détresse d’autrefois, pour rendre aux autres et à leurs familles ce que le talent aurait dû leur interdire de mendier. ». Au tamis de la mémoire restent deux figures du passé ayant éclairé sa vie et son art, indissociables. Frédéric, Camille, et les tableaux qui leur sont associés. L’amitié, l’amour, la passion de peindre.

Dans le « Déjeuner sur l’herbe », Frédéric Bazille est représenté deux fois. Un compagnon peintre de la première heure, un jeune homme issu de la bourgeoisie viticole, qui souvent a dépanné Monet en lui achetant une toile quand ce dernier n’avait plus un sou vaillant ; le premier peut-être aussi à l’avoir reconnu comme un maître, quand tous ils inventaient une nouvelle manière de peindre, Renoir, Sisley, Manet et les autres. Frédéric engagé volontaire dans une guerre que Monet ne fera pas, mort à même pas vingt-neuf ans.

« La femme à la robe verte », c’est Camille Doncieux, son modèle favori qui deviendra son épouse, et qui l’a toujours tellement inspiré. « Son intuition du monde, sur bien des points, Monet la devait à Camille ». Camille, partie trop jeune aussi et dans la douleur, peu de temps après avoir mis au monde leur deuxième enfant.

Et lui, Claude, habité par son art, sa vision, intransigeant, buté, un bourreau de travail, fauché, « impétueux et bouillant, peintre-né, mais insupportable ». Le Havre, Londres, Paris, Argenteuil, Vétheuil, Giverny. Dans ce roman biographique, on suit les grandes étapes de son existence guidée par la lumière, le trait, la peinture, les amitiés fortes, mais traversée par les guerres, les pertes et les chagrins.

« Il disait alors que la peinture, ce n’est ni le temps passé, ni l’éternité, c’est l’espace et l’instant, le paysage et le temps, ce que durent des traces de pâtes vertes, bleues, jaunes et rouges répandues sur de la toile tissée serrée. Et comme c’est impossible de peindre les choses elles-mêmes, entièrement, vraiment, au moment exact où on les voit, ce n’est jamais ça. Aucun peintre ne peut être content de ce qu’il fait. »

La plume de Michel Bernard est vivante et poétique, son style précis et lumineux, et c’est un peu comme-ci, entre les lignes de ce récit, on plongeait accompagné dans les toiles de Monet. Au coeur du livre, les reproductions d’excellente qualité – pour un livre de poche, c’est vraiment à noter – de quatre des toiles qui y sont évoquées est un ajout appréciable qui contribue à rendre l’ensemble cohérent, passionnant et touchant.

Deux remords de Claude Monet est vraiment une belle découverte, merci aux éditions La Table Ronde.

« L’hiver était une saison pour l’esprit, l’écho du monde à la mélancolie des hommes. »

Publicités
Cet article, publié dans 1.2 Littérature française, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

24 commentaires pour Deux Remords de Claude Monet – Michel Bernard

  1. Un de mes coups de cœur de 2016. Je suis heureuse de lire que ce roman continue d’émouvoir!

    Aimé par 1 personne

  2. juliet595 dit :

    Il est dans ma PAL, Monet est un de mes peintres préférés ^^ J’ai encore plus hâte de le lire maintenant !

    Aimé par 1 personne

  3. brindille33 dit :

    Claude Monet un de mes peintres préférés en France. J’ai adoré visiter Giverny et aussi le Musée Marmottan. C’était il y a très longtemps dans les années 1990.

    Aimé par 1 personne

    • LadyDoubleH dit :

      Ce livre devrait autant intéresser les néophytes que ceux qui connaissent bien voire même très bien l’homme et son oeuvre, une partie se passe à Giverny, mais j’ai particulièrement été touchée par son séjour dans la maison d’Argenteuil. C’est là que lui est venu la passion du jardinage, comme un échauffement avant Giverny 🙂

      Aimé par 1 personne

  4. Passionnant …. j’aime beaucoup Monet , je vais me le procurer …. merci ☺

    Aimé par 1 personne

  5. jostein59 dit :

    Il’m’attend aussi dans ma PAL

    Aimé par 1 personne

  6. J’avais adoré cette lecture =)

    Aimé par 1 personne

  7. kathel dit :

    J’aime bien en général les romans sur les peintres… il est noté, reste à le trouver…

    Aimé par 1 personne

  8. Eve-Yeshé dit :

    J’aime beaucoup ce peintre j’ai longtemps hésité avant de commencer à lire des livres sur la peinture ou les peintres (peur de ne pas  » m’y connaitre assez » pour employer l’expression courante.
    finalement je me suis lancée.après certaines découvertes choc… donc rajouté à ma PAL

    Aimé par 1 personne

  9. J’adore la peinture de Monet aussi. Merci pour ce beau partage, Bises bretonnes pour toi, passe un très bon weekend 🙂

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s