Le Jour d’avant – Sorj Chalandon

Grasset, août 2017

Ma chronique (rentrée d’automne 2017, 7) :

Par où commencer. La réalité, la fiction, l’auteur, mon coup de cœur ? Si on a un peu de temps devant soi, Le Jour d’avant se lit d’une traite.

Le 27 décembre 1974, quarante-deux mineurs sont morts à la fosse Saint-Amé, à Liévin, dans le Nord-Pas de Calais. Victimes d’un coup de grisou. Ce livre est né d’une colère. Celle de l’auteur, Sorj Chalandon, jeune journaliste à Libération au moment des faits. Une catastrophe qui aurait pu être évitée. « Ça n’existe pas, la fatalité. Les patrons appellent ça le profit ».

Quel moyen de fiction trouver pour leur rendre hommage ? « Michel, venge-nous de la mine ». Sorj Chalandon ne voulait, ne pouvait pas, toucher aux faits – les limites de son métier de journaliste ; trente-quatre ans à Libération, et depuis 2009, au Canard enchaîné – alors il a imaginé une quarante troisième victime au drame de Liévin : Joseph. Le Jour d’avant, celui qui parle, c’est Michel, son frère. Michel Flavent. « Mon cœur d’enfant avait cessé de battre. La mort de Joseph m’avait fané. Ma jeunesse était vieille. »

La plume de Sorj Chalandon est concise et forte et nous emporte au temps d’avant le drame, parmi les souvenirs de Michel. Ceux de Jojo ce frère qu’il adorait, la ferme de son père, la vie dans l’ombre des houillères. Le temps des galibots, des taillettes et du pain d’alouette. La fierté, l’honneur, la solidarité. Et ce travail de la mine, qui pour le rendement et la productivité devenait à tout bout de champ un cimetière pour les hommes. Un voyage beau, émouvant, rude, atroce. « Au bas de la fiche de salaire [de décembre 1974], en plus des trois jours dérobés [« Trois jours ! Et vous savez pourquoi ? Parce qu’il est mort au fond le 27, voilà pourquoi »], la direction avait retenu le prix du bleu de travail et des bottes que l’ouvrier mort avait endommagés ».

Dans le Jour d’avant, Sorj Chalandon nous prend habilement au piège d’une construction redoutable. Tandis qu’il fait nôtres le drame, la douleur, la rage et la vengeance en train de prendre forme, il prépare au milieu du livre un retournement tel que ce que l’on avait cru être un livre sur la vengeance, finalement sera un livre sur la culpabilité. Le talent. Ai-je déjà précisé que Le Jour d‘avant a été un gros coup de cœur ? Oui ? Bon, et bien je le redis. C’est une lecture qui prend aux tripes, souvent. De la rage en conscience, complexité, finesse. Surprenant.

« N’importe qui peut imiter le chant du coq. Mais le chant du travail, c’est une autre histoire ! »

J’ai découvert Sorj Chalandon avec Retour à Killibegs (Irlande, quand tu nous tiens…) et depuis je suis fan. J’ai eu la chance de participer à une rencontre le 8 novembre dernier à la (super) librairie Dédicaces à Rueil-Malmaison, dans les Hauts-de-Seine. Un moment partagé des plus passionnants, un auteur réellement charismatique et vivant. Une belle dédicace.

J’ai lu ce livre pour les Matchs de la Rentrée Littéraire #MRL17

Photos © Hélène Hiblot & Lettres d’Irlande et d’Ailleurs

  13 comments for “Le Jour d’avant – Sorj Chalandon

  1. 16 novembre 2017 à 8 h 39 min

    J’aime bien sa dédicace (photo à droite) !

    Aimé par 1 personne

  2. 16 novembre 2017 à 9 h 52 min

    Je n’ai encore jamais lu l’auteur, j’aimerai beaucoup me lancer !

    Aimé par 1 personne

    • 21 novembre 2017 à 10 h 36 min

      Tu peux te lancer sans hésiter. J’ai lu Retour à Killibegs, le quatrième Mur et celui-ci. Toujours inspiré, à la fois en prise avec le monde et l’individu.

      Aimé par 1 personne

  3. 16 novembre 2017 à 13 h 54 min

    j’ai beaucoup aimé ce roman malgré le déséquilibre entre la tragédie du onde minier et la période actuelle…
    Je l’ai découvert avec « Le quatrième mur » et depuis je le suis en fonction du degré de débordement de ma PAL

    J'aime

    • 21 novembre 2017 à 10 h 59 min

      J’ai aussi été un peu déstabilisée par ce « déséquilibre ». Mais ça participe finalement à la voix unique de ce livre, qui nous sort d’une sorte de « normalité ». Tu ne trouves pas ?

      Aimé par 1 personne

  4. 19 novembre 2017 à 11 h 10 min

    Je ne vais sans doute pas lire ce livre tout de suite… mais il reçoit un bel accueil donc sans doute un jour prochain. 😉

    Aimé par 1 personne

  5. 19 novembre 2017 à 22 h 34 min

    sa dédicace est belle. C’est chouette de rencontrer des auteur(e)s que l’ont apprécie. Merci de nous faire partager ce beau moment. Je te souhaite une excellente semaine @bientôt ! Bises bretonnes 😉 🙂

    Aimé par 1 personne

    • 21 novembre 2017 à 10 h 44 min

      Merci Frédéric 🙂 Oui, sa dédicace m’a touchée. Certains auteurs participent à ce genre de rencontres avec bienveillance, mais un certain détachement, et leurs dedicaces sont un peu calibrées. Sorj Chalandon, lui, a animé cette heure et demie avec ses tripes et un réel enthousiasme. Sa dédicace reflète bien sa manière d’être 🙂

      Aimé par 1 personne

    • 21 novembre 2017 à 10 h 45 min

      Bises 🙂

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :