Vera – Karl Geary

Montpelier Parade, 2017. Traduit de l’anglais (Irlande) par Céline Leroy. Paru aux éditions Rivages le 30 août 2017

Ma chronique (rentrée d’automne 2017, 3) :

J’ai été touchée et impressionnée par ce premier roman de l’acteur irlandais Karl Geary.

Sonny a seize ans. Il partage son temps entre le perdre au lycée, gagner quelques livres en aidant dans une boucherie après les cours, et louvoyer chez lui parmi un père qui dépense toute sa paye chez le bookmaker, une mère dépassée qui peine à joindre les deux bouts et des frères qui à aucun moment du roman ne sortiront de l’anonymat. Une existence terne et solitaire, qui va subitement se trouver transcendée par sa rencontre avec Vera. Tout devrait les séparer, l’âge, l’intellect, elle est protestante et habite les beaux quartiers (Montpelier Parade, le titre original, c’est justement le nom de son quartier). Et pourtant, très vite se noue entre eux une relation exceptionnelle. La collision de deux mondes, deux solitudes.

La narration à la deuxième personne du singulier est brillamment menée et très immersive. Même si elle est pour beaucoup dans la beauté particulière de ce roman, il m’a fallu un petit temps pour m’y faire. J’ai aimé la puissance de la plume de Karl Geary, les non-dits où tout est à découvrir, sa subtilité, la justesse et la complexité des personnages. Le rythme lent de l’histoire forme souvent un contrepoint saisissant avec le déferlement soudain des émotions. Aucune mièvrerie ici, nul sentiment au rabais. Juste la vie, la vraie, ses misères et ses gens malmenés, les instants de grâce et les hasards, les occasions ratées. J’ai savouré chacune de ces pages, jusqu’à la dernière, où j’avais la gorge tellement nouée que je n’ai pas tout à fait réussi à refermer le livre.

« Nous sommes des serre-livres, toi et moi, tu vois ce que je veux dire ? Ton esprit se projette, il va de l’avant, tu penses à l’avenir. Moi, je pense au passé, je pense… »

Je remercie chaleureusement les éditions Rivages pour cette découverte.

Publicités
Cet article, publié dans 1.1 Littérature Irlandaise, 2017, Rentrée automne 2017, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

8 commentaires pour Vera – Karl Geary

  1. Une très belle critique, que ce soit sur le fond ou sur la forme.

    Aimé par 1 personne

  2. voilà un livre qui me tente beaucoup. J’aime ces histoires, en plus la couverture est belle. Je le note sur ma liste. Merci pour le partage. Passe une belle semaine. Bises bretonnes ! 🙂 🙂

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s