Les Buveurs de Lumière – Jenni Fagan

The sunlight Pilgrims, 2016. Traduit de l’anglais (écosse) par Céline Schwaller. Editions Métailié, août 2017.

Ma chronique (rentrée d’automne 2017, 2) :

Attention, coup de coeur. Mais alors vraiment, quel plaisir, ce roman ! Je crois bien que j’ai tout aimé, dedans… Ah non, sauf sa longueur : 304 pages, c’est trop court. Je me suis tellement attachée aux personnages… Quel talent, Jenni Fagan (et la traductrice, aussi). Les Buveurs de lumière est son deuxième roman.

Un futur proche, avec des airs de fin du monde. La terre en a marre, le climat a été trop déséquilibré, le monde semble prêt à basculer dans une nouvelle ère glaciaire. En tous cas, même si l’hiver qui se profile a une fin, il promet d’être le plus rude que l’humanité ait connu depuis… pfiou. On ne sait pas depuis quand, mais ça craint vraiment.

Alors que la neige se pointe sur les pyramides et que le Londres où il a grandi dans un cinéma d’art et d’essai est au bord de la rupture, Dylan embarque pour le nord de l’Ecosse avec dans son maigre bagage les cendres de sa mère et de sa grand-mère, décédées il y a peu. Le géant tatoué a dans l’idée de revendre la caravane dont il vient d’hériter. Il ne sait pas encore que Clachan Fells va devenir le centre de son nouveau monde. Stella, la jeune fille coincée dans un corps de garçon, sa mère Constance, survivaliste, et leurs voisins marginaux, tous plus barrés – et plus humains – les uns que les autres.

Les Buveurs de Lumière est un roman férocement poétique, humaniste, déjanté. Beau. Plein d’humour, celui un peu noir, que j’adore. La plume de Jenni Fagan est aussi brillante pour capter la beauté somptueuse d’un paysage, pour détailler la manière de bricoler un poêle maison pour ne pas geler, que pour dévoiler les méandres complexes des personnalités. Sans en faire jamais trop ; un mélange de pudeur et d’extravagance. Surtout, cette fantastique tendresse, qui éclaire tout… et ce que je ne vous dit pas ! Un coup de coeur, tellement. A en parler des heures durant.

« Dès qu’ils seront tirés d’affaire, il ira dans une ville, juste pour se promener ; il ira dans un pub digne de ce nom et se fera faire de nouveaux tatouages – un pèlerin buveur de lumière, une enfant-loup, une cireuse de lune, un iceberg et un projecteur d’époque qui brille dans le noir. »

Publicités
Cet article, publié dans 1.3 Litt. de Gde-Bretagne, 2017, Ecosse, Rentrée automne 2017, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

13 commentaires pour Les Buveurs de Lumière – Jenni Fagan

  1. Ce livre va me plaire…. merci beaucoup pour tes bonnes idées lecture…. bises

    Aimé par 1 personne

  2. jostein59 dit :

    On en parle de plus en plus. Je ne l’avais pas retenu au départ. Mais il n’est pas trop tard

    Aimé par 1 personne

  3. kathel dit :

    C’est très tentant…

    Aimé par 1 personne

  4. Mistinguette dit :

    Je l’ai lu cet été et j’ai beaucoup aimé également 🙂

    Aimé par 1 personne

  5. le titre, la couverture qui est splendide et ton avis sur ce livre, tout concourent pour que je le lise, merci pour ce beau partage ! passe une belle journée, Bises bretonnes 😉 🙂

    J'aime

  6. Très envie de le lire également.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s