Londres #1 : Keats House

La semaine dernière j’ai passé quelques jours de vacances à Londres. Il est des séjours si agréables, qu’à toute force on souhaite les prolonger… Des billets sur le blog ? Un bon prétexte.

Première étape, et non des moindres : Keats House, au 10 Keats Grove à Hampstead,  au nord de Londres ; la maison où l’immense poète John Keats (1795-1821) a vécu deux années, écrit nombre de ses plus beaux poèmes et rencontré Fanny Brawne.

De la station de métro (sur Northern Line), on y est en à peine dix petites minutes de marche. Prendre à gauche à la sortie de Hampstead Station, descendre la rue principale puis tourner à gauche sur Downshire Hill, et ensuite à droite sur Keats Grove.

Tadaaa-aaahhh :

L’entrée est à 6,50 £, gratuite pour les mineurs. Le guide de visite est très bien fait.

Dédié à la vie et l’oeuvre de John Keats, Keats House est un musée immersif. La visite plonge dans la vie du poète d’une manière chronologique, mais aussi domestique. On entre par paliers dans l’époque et l’existence de John Keats et de ses pairs ; les deux pièces qu’il louait à son ami Charles Brown, un bureau au rez-de-chaussée et une chambre au premier ; la cuisine et les celliers au sous-sol ; le jardin où nous accueille un prunier, descendant de celui sous lequel il a écrit l’Ode à un Rossignol. En plus des meubles, des objets, des photos, des dessins et peintures, des cartels et autres panneaux explicatifs, des citations et des morceaux de poèmes sont peints sur les murs, des essayages de vêtements et de chapeaux d’époque sont proposés. Tout pour le voyage.

Plus on avance, plus on touche du doigt, du coeur, de l’âme, une essence. Cette visite a été aussi agréable qu’inoubliable.

 

Hommage d’un talentueux visiteur, laissé sur le livre d’or.

[Sur sa stèle, à Rome où il est mort de la tuberculose, on peut lire cette épitaphe qu’il a composée lui-même : « Here lies one whose name was writ in water » (littéralement, « Ici repose celui dont le nom était gravé dans l’eau »)]

(c) Hélène Hiblot & Lettres d’Irlande et d’Ailleurs

De petits souvenirs de Keats House…
Replonger dans les poèmes et les lettres.
Peut-être revoir le film Bright Star.
Relire à nouveau, c’est certain, Les Cantos d’Hypérion, splendide space opera dans lequel Dan Simmons fait revivre avec un talent extraordinaire John Keats.

Bright Star

Bright star, would I were steadfast as thou art–
Not in lone splendour hung aloft the night
And watching, with eternal lids apart,
Like nature’s patient, sleepless Eremite,
The moving waters at their priestlike task
Of pure ablution round earth’s human shores,
Or gazing on the new soft-fallen mask
Of snow upon the mountains and the moors–
No–yet still stedfast, still unchangeable,
Pillow’d upon my fair love’s ripening breast,
To feel for ever its soft fall and swell,
Awake for ever in a sweet unrest,
Still, still to hear her tender-taken breath,
And so live ever–or else swoon to death.

Traduction
Étoile lumineuse, puissé-je être immobile comme toi,
Non pas solitaire, resplendissant au-dessus de la nuit,
Les yeux toujours ouverts,
Veillant avec patience, tel un ermite de la Nature,
Observant les eau mouvantes à leur tâche sacrée
De purification des hommes,
Ou encore contemplant la neige fraîchement
Tombée sur les monts et les bois,
Mais plutôt, toujours immobile, immuable,
Assoupi sur le sein fleuri de ma bien-aimée
Pour ressentir à jamais son doux mouvement,
Éveillé pour toujours dans une douce insomnie,
Encore et encore à l’écoute de sa tendre respiration ;
Et vivre ainsi toujours, – ou sinon m’évanouir dans la mort.

Ah ! N’oubliez pas de passer avant de partir par la bibliothèque, qui jouxte le musée : The Keats Cummunity Library.

Toutes les photos (c) Hélène Hiblot & Lettres d’Irlande et d’Ailleurs

— Mes autres « billets londoniens » : #2 : Street art à Brick Lane (part 1) et #3 : Les  escaliers du métro londonien

Publicités
Cet article, publié dans 1.3 Litt. de Gde-Bretagne, 7.2 Poésie, 8.1 Blablas, Angleterre, Londres (avril 2017), Photos, Voyages, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

9 commentaires pour Londres #1 : Keats House

  1. Très belle note sur ce poète romantique, j’ai beaucoup aimé Bright star! Merci

    Aimé par 1 personne

  2. Frédéric dit :

    tu sais que Bright Star est un de mes films préférés et John Keats je trouve ces poèmes si beaux. J’ai le livre « lettres à Fanny ». Son épitaphe  » Ici repose celui dont le nom était gravé dans l’eau  » c’est si profond, quelle leçon d’humilité. Je suis heureux que ton séjour londonien se soit très bien passé. Londres est une ville que j’apprécie beaucoup. Passe un très beau weekend ! Bises bretonnes pour toi 😉 🙂

    Aimé par 2 people

  3. Ping : Londres #3 : Les escaliers du métro londonien | Lettres d'Irlande et d'Ailleurs

  4. Ping : Londres #2 : Street art à Brick Lane (part 1) | Lettres d'Irlande et d'Ailleurs

  5. Ping : Pêle-mêle londonien, avril 2017 | Lettres d'Irlande et d'Ailleurs

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s