Le Donjon – Jennifer Egan

The Keep, 2006. Traduit de l’anglais (États-Unis) par Sylvie Schneiter. Stock, 2015 ; réédité en poche chez Points en 2016.

Ma chronique :

Ce roman m’a beaucoup plu. Une ambiance, des fausses pistes, une histoire dans l’histoire. D’un côté, deux cousins se retrouvent vingt ans après, pour rénover un château partiellement en ruines, quelque part en Europe de l’est. Leur amitié enfantine un jour a violemment volé en éclats. Quand on sait pourquoi, on le sent mal, le plan retrouvailles. Une petite voix bavarde, ça va mal finir, ça va mal finir ! Mais non, en tous cas pas tout de suite, car c’est une deuxième histoire qui nous happe. Celle de Ray et d’un atelier d’écriture en prison, animé par Holly au trouble passé.

D’insidieuses questions jaillissent, tandis que Jennifer Egan nous balade entre ces deux univers fermés. Ces histoires sont-elles liées ? Un des personnages de l’une inventerait-elle ceux de l’autre ? Ou pire, mieux, où est la vérité ? Dans quelle histoire ? Qui sont les vraies personnes ?… Qui ? A mesure que l’on progresse dans l’intrigue, l’atmosphère épaissit, le fantastique titille, le désarroi s’installe et la panique s’immisce, les questionnements pullulent. Le Donjon, c’est le lieu physique, mais aussi une forteresse symbolique, intérieure, où cacher ses trésors ; à l’abri.

J’ai trouvé la construction de ce roman impeccable, même si le démarrage est un peu longuet. Je me suis beaucoup attachée à Ray. Le rythme allant crescendo et les rebondissements de même, c’est limite avec un point de côté qu’on termine Le Donjon. Il a certes quelques imperfections, mais une vraie matière. Je conseille !

Extraits : 

« Un silence d’entre-deux – celui d’un souffle qu’on retient. »

« Qu’est-ce qui ne va pas ?
— Rien.
— Alors pourquoi tu restes là comme si un volcan t’avait dégueulé ? »

« Tom-Tom est un mec qui se réjouit que personne ne l’aime parce que ça lui donne raison sur le fait que le monde n’est qu’une énorme décharge. Tom-Tom préfère avoir raison qu’être aimé. »

L’auteur : Née en 1962 a Chicago, Jennifer Egan a remporté le prix Pulitzer en 2011 avec son roman Qu’avons-nous fait de nos Rêves ? (A visit from the Goon Squad, 2010). Elle collabore fréquemment au New York Times Magazine.

Lu dans le cadre de ma participation en tant que jurée au
Prix du meilleur Roman des lecteurs des éditions Points 2017

Publicités
Cet article, publié dans 2.1 Litt. d'Amérique du Nord, États-Unis, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Le Donjon – Jennifer Egan

  1. lewerentz dit :

    Voilà qui pourrait me plaire ! Merci pour ce billet.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s