L’île des Chasseurs d’Oiseaux – Peter May

may peter ile chasseurs acte sud

The Blackhouse, 2011. Traduit de l’anglais par Jean-René Dastugue. Le Rouergue, 2009 ; réédité en poche chez Babel noir, 2011 (Premier volume de la Trilogie écossaise)

Présentation de l’éditeur : « Marqué par la perte récente de son fils unique, l’inspecteur Fin McLeod, déjà chargé d’une enquête sur un assassinat commis à Edimbourg, est envoyé sur Lewis, son île natale, où il n’est pas revenu depuis dix-huit ans. Un cadavre exécuté selon le même modus operandi vient d’y être découvert. […] Sur cette île tempétueuse du nord de l’Ecosse, couverte de landes, où l’on se chauffe à la tourbe, pratique encore le sabbat chrétien et parle la langue gaélique, Fin retrouve les acteurs de son enfance. »

Mon avis :

Cela fait un moment que l’on me conseillait de lire Peter May et je ne regrette pas de m’être lancée dans l’aventure : L’île des Chasseurs d’oiseaux a été ma belle découverte de juillet.

Ce roman au charme rude et envoûtant est autant policier que sociologique, voire même ethnologique. On s’enfonce avec Fin McLeod au cœur de l’île septentrionale et de son histoire personnelle. Amours contrariés, secrets, drames, paysages somptueux, traditions sévères, dont celle centenaire – devenue rite de passage – du massacre saisonnier de jeunes fous de Bassan (gugas) sur un rocher aux falaises quasiment inaccessibles, poids harassant de l’église, dénuement, dignité, alcoolisme.

Peter May distille admirablement un suspense étudié et de fausses pistes, et très vite on se pose autant de questions sur le passé des protagonistes que sur l’enquête en cours.

Ecrit d’une plume des plus agréables, L’île des Chasseurs d’Oiseaux est un roman dépaysant et enrichissant, qui fait voyager dans des contrées peu fréquentées et nous fait découvrir des personnages aussi complexes qu’attachants. Je conseille !

Quelques extraits :

« Leurs coques s’entrechoquent et se bousculent dans le noir, comme des enfants jouant des coudes pour se faire de la place. »

« Comme beaucoup de brutes, Murdo Ruadh avait déjà sa petite troupe de suiveurs, comme la merde attire les mouches. »

« Fin acquiesça, pensif : « Avez-vous idée du temps qu’un poisson met à mourir, privé d’oxygène, suffoquant, lorsqu’un chalutier remonte ses filets à bord ? » Il n’attendait pas de réponse. « Sacrément plus longtemps qu’un guga pris dans un noeud coulant ». »

« Un sourire lui venait aux lèvres par intermittence, comme un papillon cherchant un endroit où se poser. »

« Tri rudan a thig gun iarraidh : an t-eagal, an t-eudach ‘s an gaol. »
(Trois choses qui arrivent sans qu’on demande : la peur, l’amour et la jalousie)
Proverbe gaélique.

 

Publicités
Cet article, publié dans 1.3 Litt. de Gde-Bretagne, 7.5 Policiers et thrillers, Ecosse, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

15 commentaires pour L’île des Chasseurs d’Oiseaux – Peter May

  1. Frédéric dit :

    Babel c’est ma maison d’édition ou collection préférée. Je trouve qu’ils ont des couvertures très chouettes et des choix dans leurs livres toujours judicieux. J’ai rarement été déçu par cette collection. Je note celui-ci qui m’a l’air très sympa, énigmatique à souhait comme le titre. Merci du partage ! Bisous, belle journée à toi 🙂

    Aimé par 2 people

  2. Maeve dit :

    Maintenant il faut que tu lises la suite.

    J'aime

  3. Cat dit :

    Chouette chronique. Celui-ci aussi à lire. Un bon weel end à toi!

    Aimé par 1 personne

  4. quel bon choix !!!! tout ce que j’aime…………….. MERCI

    Aimé par 1 personne

  5. Ping : Mes lectures préférées en 2016 | Lettres d'Irlande et d'Ailleurs

  6. Kilda dit :

    Très bon choix, j’adore ce livre. Il y a beaucoup de ressemblance avec l’histoire de l’archipel St Kilda (Hébrides), cadre de mon projet. J’ai écrit plusieurs articles sur l’histoire de ces îles et notamment celui-ci qui devrait t’intéresser :

    https://kildaprojet.com/2015/05/04/lile-au-nord-du-monde-15/

    Aimé par 1 personne

  7. LadyDoubleH dit :

    Vraiment passionnant ! J’irai lire les autres 🙂

    J'aime

  8. Ô grimoire ! dit :

    Ah, Peter May… Oui, j’ai vraiment aimé cette trilogie. Pour les intrigues, certes, mais peut être surtout pour l’ambiance que cet auteur sait transcrire et transmettre, et pour cette idée que ce que l’on a fui sans le régler finit souvent par nous rattraper…

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s