Mémoires de Porcelaine #4 : James Patrick Donleavy

Cette année, je fête mes vingt ans de passion irlandaise. Pour célébrer ces « noces de porcelaine », je suis partie en exploration dans mes archives, où j’ai repêché quelques avis qui me semblent tenir un peu la route, si ce n’est par leur contenu, leur pertinence ou leur cocasserie, tout au moins me permettront-ils de témoigner ici de riches lectures irlandaises passées.

*

Ce quatrième opus de mes Mémoires de Porcelaine est consacré à J. P. Donleavy, dont j’ai lu trois romans.

donleavy

Né à Brooklyn, New York, en 1926, de parents irlandais. A vingt ans, il débarque à Dublin pour faire ses études à Trinity College, mais apparemment si l’on en juge son livre sur cette période de sa vie (Mon Irlande) il mène surtout joyeuse vie en compagnie de Brendan Behan, Patrick Kavanagh et autres piliers de pubs. Il se met à peindre et écrit L’Homme de Gingembre, monumentale « virée » d’un jeune américain et de son copain à travers Dublin. Démesuré, truculent, paillard, le roman ainsi que sa version théâtrale sont interdits par la censure irlandaise. Quelque peu désenchanté, il retourne aux États-Unis et publie de nombreux romans, nouvelles et pièces de théâtre, tous plus ou moins dans la lignée de son premier livre. Puis un beau jour, il revient en Irlande « dans l’espoir, malgré tout ce que j’y avais vécu, et ce qu’ils avaient fait à L’Homme de gingembre dans cette ville de Dublin, en retournant à ces prairies émeraudes, de m’y installer et d’être éternellement exempté d’impôts pour mes gribouillages créatifs futurs et passés. »

*

A priori, huit de ses romans et une autobiographie sont traduits en français.
Mes lectures :

donleavy gingembreL’Homme de Gingembre (The Ginger Man, 1955) – lu en mai 2002
[éditions Denoël, 1968 ; réédition : éditions Gallimard, “Folio”, 1979, 2001]
Ce roman fut à l’origine interdit aux US ; c’est l’un des ouvrages les plus réussis de cet auteur incomparable, dont Joseph Heller a dit qu’il était « l’un des auteurs les plus accomplis et originaux de notre époque ».

Mon avis : Le personnage principal, Sebastian Dangerfield, est atroce : menteur, cavaleur, buveur – mais terriblement attachant. La grande classe. On se laisse prendre au jeu du roman, les hauts et les bas (surtout les bas, d’ailleurs) de Danger. Ca ne m’étonne pas que cet homme de Gingembre ait choqué à sa parution… Il choque toujours un peu un demi-siècle plus tard !

*

donleavy mangeursMangeurs d’Oignons (The Onion Eaters, 1971) – lu en avril 1999
[éditions Denoël, 1976 ; rééditions. : éditions. 10-18, 1995]

Mon avis : Un livre loufoque. Donleavy appelle un chat un chat et ses personnages sont essentiellement lubriques et scatologiques. C’est un livre drôle, étonnant, intéressant. On se demande jusqu’où va aller Donleavy, et il va toujours un peu plus loin…

*

donleavy toilettesLa Dame qui aimait les toilettes propres (The Lady who liked clean Restrooms, 1995) – lu en août 2000
[éditions Calmann-Levy, 1998 ; réédition : éditions Gallimard, « Folio », 2000]
Dans cette histoire drôle et peu commune, la New-Yorkaise Jocelyn Guenevere Machantiere Jones, récemment divorcée, se trouve dans une détresse financière et dépense le plus clair de son temps à errer dans la ville pour trouver les toilettes publiques les plus propres. Un regard mélancolique sur la vie d’une femme.

Mon avis : Un court roman de 150 pages, tout à fait dans le style de Donleavy, cru, original, des personnages épouvantables. La chute est carrément excellente !

*

J. P. Donleavy a eu quatre-vingt dix ans le 23 avril dernier : Happy Birthday !

jpd-90th-levington

*

Pour aller faire un tour sur mes autres Mémoires de Porcelaine, c’est par-là. A bientôt !

Publicités
Cet article, publié dans 1.1 Littérature Irlandaise, Notices auteurs, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Mémoires de Porcelaine #4 : James Patrick Donleavy

  1. kathel2 dit :

    L’auteur n’est pas désagréable à regarder ! (surtout sur la première photo, mais quatre-vingt-dix ans : chapeau ! )

    Aimé par 2 people

  2. Frédéric dit :

    les titres de ces ouvrages valent le détour. Merci pour la découverte et bonne soirée à toi ! bises 🙂

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s