Mémoires de Porcelaine #2 : Flann O’Brien

Cette année, je fête mes vingt ans de passion irlandaise. Pour célébrer ces « noces de porcelaine », je suis partie en exploration dans mes archives, où j’ai repêché quelques avis qui me semblent tenir un peu la route, si ce n’est par leur contenu, leur pertinence ou leur cocasserie, tout au moins me permettront-ils de témoigner ici de riches lectures irlandaises passées.

*

Ce deuxième opus de mes Mémoires de Porcelaine est consacré à Flann O’Brien, dont j’ai lu deux romans.

flann o brien

(1911-1966)

Un écrivain irlandais des plus singuliers. Il est né Brian O’Nolan à Strabane, dans le Comté de Tyrone. Après un brillant cursus universitaire à University College, Dublin, ce linguiste émérite (latin, grec, allemand, gaélique) devient fonctionnaire du gouvernement irlandais (secrétaire privé de plusieurs ministres). C’est un chroniqueur satirique célèbre dans l’Irish Times sous le pseudonyme de Myles na Gopaleen pour sa colonne hebdomadaire « the Cruiskeen Lawn » qui a amusé ou exaspéré toute l’Irlande entre 1939 et 1966.  Il a également écrit une colonne pour « The Nationalist » et « The Leinster Times » sous un autre pseudonyme, George Knowall. Parallèlement à cette activité journalistique, il écrivit sous le pseudonyme de Flann O’Brien une pièce de théâtre pour l’Abbey Theatre et des romans, les plus connus étant Kermesse irlandaise (At Swim-two-Birds, 1939), L’Archiviste de Dublin (The Dalkey Archive, 1964) et Le troisième Policier (The third Policeman, posth. 1967). Joyce disait de lui qu’il était « un écrivain authentique, doué d’un véritable esprit comique ». Il a vécu à Dublin jusqu’à sa mort, le 1er avril (comble de l’ironie) 1966.

Pour en savoir plus sur l’auteur, sa page wiki (très intéressante) et sur son œuvre traduite en français, sa page sur Librairie Compagnie.

*

  • Kermesse Irlandaise (At-Swim-Two-Birds, 1939)

kermesse irlandaise_ swim two birdsL

Traduit de l’anglais par Henri Morisset, Editions Gallimard, « Du monde entier », 1964 –Nouvelle traduction sous le titre Swim-Two-Birds, traduit de l’anglais par Patrick Hersant. Editions Les Belles Lettres, 2002.

-Lu en février 2001-

(héhé je viens donc juste de découvrir en préparant ce billet que le Swim-two-birds que j’ai trouvé il n’y a pas longtemps chez le bouquiniste est en fait une nouvelle édition de Kermesse irlandaise)

Ce premier roman est un mélange expérimental, compliqué et hilarant, de fable gaélique et de surréalisme : une lecture incontournable. Un homme appelé Trellis écrit un livre mettant en scène des personnages tirés entre autres de la mythologie irlandaise. Ceux-ci prennent leur revanche en faisant de lui le personnage d’un livre qu’eux même écrivent. Ce livre a valu à Flann O’Brien l’admiration de Joyce et la sympathie complice de Dylan Thomas.

Voir sa présentation sur la page des Belles Lettres.

Mon avis : Complètement délirant. Quand une bonne fée essaye de convaincre un farfadet que sa femme est un kangourou, il y a de quoi halluciner… J’en passe et des meilleures, mais parfois c’est un peu difficile à suivre. Incroyable.

*

L’Archiviste de Dublin (The Dalkey Archive, 1964)

 

l'archi1 l'archi2 l'archi3

Traduit de l’anglais et préfacé par Patrick Reumaux. Editions Granit, 1995 ; rééditions : Le Livre de poche Biblio, 1997 ; éditions Phébus, « Libretto », 2004.

-Lu en janvier 1998-

Présentation de l’éditeur : Flann O’Brien poursuit ici le jeu de massacre commencé avec Le Troisième policier, et il y met la même drôlerie un rien déboussolante. Il s’avère bien sûr impossible de résumer l’intrigue de L’Archiviste de Dublin. Roman policier, anti-manuel de sociologie, promenade rocambolesque dans l’Irlande éternelle (celle de la littérature), le récit nous entraîne dans des aventures où il n’est pas facile de démêler le vrai du faux.

Mon avis : Livre loufoque, excellent. Un homme parle sous la mer avec le fantôme de saint Thomas d’Aquin ; un policier a découvert que quand on fait trop de vélo on se transforme en bicyclette, alors il les vole pour protéger le peuple ; James Joyce n’est pas mort, il est devenu barman et écrit des brochures pour la propagation de la foi catholique…

*

Pour aller faire n tour sur mes autres mémoires de Porcelaine, c’est par là. A bientôt !

Publicités
Cet article, publié dans 1.1 Littérature Irlandaise, Notices auteurs, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

7 commentaires pour Mémoires de Porcelaine #2 : Flann O’Brien

  1. francoisefg dit :

    Je n’ai encore rien lu de cet auteur…Merci encore une fois de nous donner envie d’y aller voir ou plutôt lire. Les blogs qui listent les dernières parutions sont nombreux, ceux qui donnent vraiment envie d’ouvrir tel ou tel livre , beaucoup moins!

    Aimé par 1 personne

  2. Wiki : Sous le pseudonyme de Myles na Gopaleen (les fonctionnaires n’étant pas autorisés à s’exprimer publiquement en leur nom propre)

    Dingue non ? ..

    Aimé par 1 personne

  3. Merci pour cet article fort intéressant ! Je ne connais pas du tout la littérature irlandaise mais j’ai très envie de découvrir =)

    Aimé par 2 people

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s