Les Démons de Tariec – Elven O’Brien

o'brien tariec

Paru le 1er septembre 2015 chez Tertium éditions.

Ma chronique :

Merci à Babelio et aux éditions Tertium pour cet envoi. Je suis native de Brest et j’ai de la famille qui vit à l’Aber Wrac’h, à vingt-cinq kilomètres sur la côte Nord. Je connais donc l’Ile Tariec, à laquelle on accède à pied à marée basse par les dunes et la plage de Sainte Marguerite… du coup, c’est avec une joie enthousiaste que j’ai découvert ce livre.

Les Démons de Tariec est un roman de littérature jeunesse, le premier tome d’une série de cinq (on peut découvrir sur le site de l’auteur que le tome 2 sortira en mars 2016).

Philie Pop vit avec ses parents adoptifs à Paris. Un mystère entoure sa naissance, qui sera sans doute exploité dans les tomes suivants. Mais pour l’heure nous le découvrons lorsqu’il est invité à passer un mois d’été avec sa cousine Lucie chez leur grand-tante Léo, qui vient de terminer la rénovation d’une ancienne abbaye sur la petite île de Tariec (un édifice fictif, vive la fiction). Mais cette villégiature va vite prendre des allures de cauchemar aux limites du surnaturel, où d’anciennes légendes vont croiser les pas de voisins pour le moins inquiétants.

Les Démons de Tariec est porté par une belle écriture et une intrigue très prometteuse. Mais ça cloche. Le livre est trop court pour tout ce qui a été mis en place, on passe beaucoup de temps à savourer de bons dîners pour finalement en quelques pages voir l’intrigue se boucler tout soudain, et qui plus est d’une manière assez prévisible. J’ai trouvé que le pays et les gens du coin n’étaient vraiment pas mis en valeur – mais là c’est peut-être mon côté chauvin qui s’exprime !

J’espère que l’auteur prendra plus le temps d’exploiter son talent dans les tomes suivants, car il y a du potentiel chez ce jeune Philie.

Nota Bene : j’ai beaucoup aimé les quelques lignes où la mère de Philie encense l’auteur de polars Fred Vargas « elle est géniale, et on a discuté du caractère d’Adamsberg, je lui ai dit toute mon admiration pour la création du personnage de Retancourt. » (Moi aussi je trouve Fred Vargas géniale !)

Extraits :

« Il restait un mois à faire au collège et puis hop ! Philie s’envolerait pour Brest. Ce serait bien la première fois qu’il s’offrirait un Paris-Brest autre que celui à la crème de chez le boulanger. »

« On entendait le bruit du ressac et les vagues devaient s’évanouir lentement sur le sable et les rochers un peu plus loin. Paradoxalement, ce calme et cette quiétude, cette beauté de la nuit inquiétaient encore plus Philie Pop qui se disait que vraiment c’était le cadre idéal pour une belle mort. »

« Malgré tous leurs efforts, le bruit de leurs pas faisait un petit crissement, un son de feuilles sèches qu’on froisse. La vie était fragile comme ce son, pensa Léo. »

 

Publicités
Cet article, publié dans 1.2 Littérature française, 7.3 Jeunesse & young adult, 7.5 Policiers et thrillers, Rentrée automne 2015 (du 20 août au 15 octobre), est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s