Mes nouvelles découvertes irlandaises #2 : Octobre 2015

Au commencement Dieu créa le ciel et la terre, avec l’aide, semble-t-il, d’une main d’oeuvre irlandaise.
[Spike Milligan, Le Règne hystérique de Siffoney 1er, roi d’irlande]

Ce mois d’octobre a lui aussi été faste en nouvelles découvertes irlandaises !

Tout nouveau, tout beau (des livres qui viennent de paraître) :

Un beau livre découvert en « coup de coeur » chez mon super libraire :

12006689_499152876910982_4899931909179372726_oFlann O’Brien, romans et chroniques dublinoises, paru aux éditions Les belles Lettres en août 2015 (826 pages). [contient Swim-two-birds – Le troisième Policier – La Chienlit – Le Pleure-misère – L’Archiviste de Dublin – Best of Myles – Le Frangin

« Flann O’Brien (1911-1966) partage avec Joyce le trône de malt de la littérature irlandaise. Son œuvre est aujourd’hui presque intégralement traduite en français. Nous proposons ici l’édition complète de ses romans, parmi les plus fous qui aient jamais été écrits en aucune langue. « En vingt-cinq ans, écrivit-il dans le magazine New Ireland en mars 1964, j’ai écrit dix livres sous quatre noms de plume totalement incompatibles et sur des sujets n’ayant pas le moindre rapport entre eux. Cinq sont des livres de fiction, le sixième un commentaire sociologique, deux autres traitent de sujets scientifiques, auquel il faut ajouter un essai sur la littérature, un livre écrit en gaélique et une pièce. »

Et aussi :

haineLa Haine (Les belles lettres, août 2015)

Textes inédits : Le colonel Mac Gillicuddy rentre chez lui – Daniel CorkeryFolie d’une nuit d’été – Sean O’Faolain ; Fier-à-Bras – Frank O’Connor

« Quand on pense à l’Irlande en littérature, on voit le soleil se coucher sur le Crépuscule celtique, on a des visions de danseurs comme Yeats et la dame en noir, Lady Gregory, on écoute les histoires de Harahan le roux. Ou bien on est ébloui par l’écriture en exil de Joyce ou le parler dublinois sarcastique de Flann O’Brien.
Ce n’est pas de cette Irlande-là qu’il s’agit ici, mais de l’Irlande noire, celles des Pâques sanglantes de Dublin et de la guerre civile dans ce pays déchiré, contée par trois écrivains majeurs, tous les trois de Cork ; Daniel Corkery qui fut professeur d’Université dans cette ville, et deux de ses élèves devenus célèbres : Sean O’Faolain et Frank O’Connor. »


Des parutions plus anciennes :

Découverte de trois auteurs que je ne connaissais pas :

  • Paul Murray, né en 1975 à Dublin. Il étudie la littérature au Trinity College et devient libraire. Gros succès pour Skippy dans les étoiles, traduit en de nombreuses langues.

murray skippy belfondmurray skippy 10-18jpgSkippy dans les étoiles, 2013 chez Belfond et au format poche en 2014 chez 10-18

« Un roman aux dimensions épiques, un roman d’apprentissage plein d’un humour british, aussi désopilant que désespéré, sur l’incroyable violence du monde adulte, mais aussi sur la camaraderie, le premier amour et les rêves d’avenir. Finaliste des plus grands prix européens, une oeuvre hors normes, une véritable révélation. »

  • Ava McCarthy, dublinoise, a travaillé pendant six ans à la Bourse de Londres, avant de se consacrer à l’écriture. On peut trouver aux Presses de la Cité (collection sang d’encre), les deux premiers volets des aventures de Harry Martinez :

ava1L’ennemi intime, 2010

Profession : hackeuse.
Parce qu’elle a toujours aimé le risque, Harry Martinez a choisi d’en faire son métier. L’adolescente tourmentée qui passait ses nuits à explorer le cyberespace pour échapper à une vie de famille chaotique est devenue une experte du piratage informatique. Ses frissons virtuels ne deviennent cependant que trop réels lorsqu’un inconnu l’agresse brutalement en mentionnant l’opération Sorohan – une allusion au scandale financier qui a conduit son père en prison six ans auparavant.
Harry ne tarde pas à être contactée par le « Prophète », un ancien associé de son père qui prétend avoir été floué par ce dernier. Il laisse quarante-huit heures à la jeune femme pour lui trouver douze millions d’euros. Ses talents de hackeuse lui suffiront-ils à s’extirper de ce chantage ?

9782258079526De poussière et de diamants, 2011

Spécialiste en sécurité informatique, Harry Martinez n’aime pas qu’on la manipule. C’est pourtant ce qui lui arrive lorsqu’une certaine Beth Oliver lui demande d’ouvrir la chambre forte de son époux. Alors qu’elle prétendait vouloir y récupérer des documents importants, la femme s’intéresse finalement davantage aux diamants qui s’y trouvent. Autre surprise de taille, le mari, rentré plus tôt que prévu, est assassiné sous leurs yeux. Et la cliente de prendre la fuite avec les pierres précieuses… A l’arrivée de la police, Harry apprend que la véritable Beth Oliver est morte depuis quelques mois. Piégée, Harry doit prouver son innocence. Son enquête la mène jusqu’aux sources d’un trafic de diamants en Afrique du Sud. Porté par Harry Martinez, personnage attachant et déterminé, c’est un thriller intelligent, dépaysant et rythmé.

  • Sharon Owens est née à Omagh en 1968 et s’installe à Belfast en 1988 pour faire des études d’illustratrice à l’Art College. Deux de ses romans sont parus aux Presses de la Cité :

9782258066489Un petit coin de paradis, 2006

Malgré les disputes continuelles qui opposent Penny et Daniel, ses propriétaires, l’atmosphère douillette du lieu et ses succulents desserts attirent une clientèle pittoresque : Brenda Brown, peintre sans le sou, qui vient régulièrement y rédiger ses lettres à Nicolas Cage, comédien qu’elle idolâtre ; Sadie Smith, qui, trompée par son mari, tente de noyer son chagrin en se gavant de délicieux gâteaux à la cerise ; ou encore Clare Fitzgerald, qui réapparaît après vingt ans d’exil à New York… Mais à trente-cinq ans, Penny Stanley ne supporte plus l’avarice de son mari et décide de prendre les choses en main. Il faudrait plus qu’une couche de peinture pour remettre le salon de thé en état. Heureusement, la jeune femme découvre très vite que ce lieu est doté de vertus secrètes…

9782258073005Entre deux danses, 2008

1967. Cheveux noirs de jais, oeil de velours et dégaine à la Elvis, Johnny « Hollywood » Hogan est le chéri de ces dames. Mais toutes ces attentions le laissent indifférent. Enceinte d’un petit Declan, la ravissante Marion vient de le quitter pour un autre. Désespéré, il n’a qu’une échappatoire : entrer dans la danse de la vie… en montant une discothèque à Belfast. 1987. Avec son physique de jeune premier, Declan fait chavirer les coeurs. Lui ne s’intéresse qu’à une chose : trouver sa voie ! Et voilà que sa petite amie attend un enfant…Peuplé de personnages attachants et hauts en couleur, Entre deux danses est un roman irrésistible, plein de chaleur et d’optimisme.


  • Et des anthologies :

Une anthologie de poésie, parue en février 2015 aux éditions Illador, reçue via la Masse critique de Babelio ; lecture en cours

12119923_501677169991886_432136310439331214_o« Ce livre embrasse toute la création poétique actuelle du sud de l’Irlande. Au total, le lecteur pourra découvrir vingt-six poètes en version bilingue. Plus qu’une anthologie, cette composition est une invitation à un voyage de découverte de l’île, à la célébration d’une culture dont la poésie est le vecteur identitaire.
C’est un mélange de poèmes exaltant le caractère de l’île, ses paysages, sa société, sa toponymie scandée de noms gaélique. Comme si le poète d’Irlande était condamné à laisser transparaitre malgré lui toute la société d’Irlande dans son Histoire, ses drames, ses déchirements. »


9782742707485Désirs d’irlande, paru en mars 1996 chez Actes Sud.

Contient des textes de John Banville, Eavon Boland, Angela Bourke, John Hume, Liam Kelly, Julia O’Faolain, Fintan O’Toole, Bob Quinn, Fintan Vallely.

« Ce livre est un bateau et tous ses passagers sont différents. Pourtant, un fil d’Ariane les relie : la quête, l’identité ou la nostalgie de l’Irlande. Curieusement, les textes se répondent les uns les autres, sans se concerter. Ils se soutiennent, forment des entrelacs pour dessiner un motif persistant : la nécessité d’imaginer. Dangereux bateau, dont les passagers s’approchent tous plus ou moins de ce qui nous tourmente. Ils nous parlent de leur passé, de leurs parents fabriquant des bombes ou membres de la police, de leurs quêtes, de ce qui les rend si différents et si intensément familiers. » (Catherine De Saint Phalle)

« Tout comme en 1916, ce sera la violence politique qui, à partir de 1969, en Irlande du Nord, remettra en marche l’imaginaire irlandais. En cherchant à comprendre la violence nord-irlandaise, à s’en libérer, les créateurs tentent, comme il y a cent ans, de briser le carcan du réel, de mettre en marche un nouveau processus de libération. Tout comme autrefois, poètes, romanciers, journalistes, hommes politiques, cherchent à dépasser une réalité insupportable, veulent changer l’Irlande, changer le monde. » (Paul Brennan)


Enjoy ! ♥

Publicités
Cet article, publié dans 1.1 Littérature Irlandaise, Nouvelles découvertes, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Mes nouvelles découvertes irlandaises #2 : Octobre 2015

  1. Maeve dit :

    C’est comme ça que je me sens complètement larguée en littérature irlandaise ! ^_^
    Merci de partager tes découvertes !

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s