Le Liseur du 6h27 – Jean-Paul Didierlaurent

shlink l eliseur

Au Diable Vauvert, 2014.

Ma chronique :

Le pilon, dans l’édition, est l’ensemble des livres destinés à la destruction, les invendus, les défectueux. Ce terme désigne également, par extension, la machine destinée à cet usage. Avant d’ouvrir ce roman de Jean-Paul Didierlaurent, j’imaginais le pilon avec une tristesse un peu romantique, les livres se cachant pour mourir dans une sorte de cimetière des éléphants, une fin brutale mais élégante…
Et bien je peux vous assurer que ça c’était avant ! Avant d’avoir rencontré l’abominable Zerstor 500 ! Des descriptions qui valent leur pesant de tonnes de boues de papier déchiqueté, sacrée ambiance, limite même un moment on frôle quasiment Stephen King : cette machine ne dévorerait-elle pas sciemment à l’occasion, son lot de chair vivante ?

Toute la première partie du roman est un grand plaisir de lecture. On y côtoie de savoureux personnages : les collègues ignobles ; le poisson-rouge Rouget de Lisle cinquième du nom, le chaleureux Giuseppe cloué dans un fauteuil roulant suite à un accident de travail, et son étonnante marotte ; l’atypique gardien d’usine qui déclame des alexandrins ; des mamies groupies. Car Guylain Vignolle – le héros narrateur – sauve tous les jours quelques feuillets échappés à la voracité diabolique de la Chose (ainsi qu’il nomme le Zerstor 500). « Peaux vives » qu’il lit à voix haute le lendemain matin aux passagers du RER de 6h27, qui l’amène à l’usine. Tous les matins de la semaine, toutes les semaines.

Ma lecture hélas s’est gâtée dans la deuxième partie du roman, quand Guylain trouve une clé USB coincée dans un strapontin de RER. En lisant les textes qu’elle contient, il tombe amoureux. L’idée était plutôt amusante et moderne, car Julie, l’auteure de ces sortes de mémoires égarées, est en vrai dame-pipi dans un centre commercial. Mais en fait, l’histoire tourne tout de suite court, et devient une bluette fade et plutôt bas de gamme, éclipsant l’ensemble des autres personnages ; avec en plus une fin prévisible.

Malgré ma déception finale, toute la première partie de ce livre a enchanté mon imagination. Une lecture inégale, donc, mais globalement sympathique !

Publicités
Cet article, publié dans 1.2 Littérature française, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour Le Liseur du 6h27 – Jean-Paul Didierlaurent

  1. Eh ben ma foi, ça donne envie de lire la 1ere partie 🙂
    On ressentirait un peu des personnages à la Malaussène en te lisant

    J'aime

  2. Maeve dit :

    Moi j’ai aimé sans réserve, même si c’est un peu « fleur bleu » sur la fin. Ce livre m’a plu surtout pour son humour. Ah ! les petites vieilles de la maison de retraite ! 🙂

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s